Pour une chicanerie d’enfants, un quadragénaire tue un sexagénaire

Ils sont deux pères de famille voisins depuis belle lurette. L’un s’appelle Brahim et l’autre se prénomme Mohamed. Le premier est âgé de quarante-quatre ans alors que le second est son aîné de vingt-quatre ans. Tous deux demeurent au douar Tafrite, commune rurale Tioumliline, caïdat Aït Abdellah, circonscription d’Ighrem, province de Taroudant. De coutume, leurs enfants partageaient les mêmes jeux au douar. Ils jouaient au ballon, bavardaient, plaisantaient… Et de temps en temps, ils se querellaient. Ils ne se séparaient que vers le crépuscule. Tout est normal puisque ce qui se passait d’une façon ordinaire entre les enfants du même quartier ou du même douar. Qu’est-ce qui a changé ce jour pour que l’un des deux pères perde le contrôle de ses nerfs ? En fait, tout le monde ignorait ce qui est arrivé entre les deux enfants de Brahim et de Mohamed. Il y a des enfants qui ont affirmé qu’ils se sont disputés pour un ballon. D’autres ont expliqué que l’enfant de Mohamed semait toujours la zizanie entre les enfants au point qu’ils finissaient à chaque fois des matches de football en se bagarrant. D’aucuns ont confirmé avoir remarqué que Brahim provoquait à chaque fois le fils de Mohamed au point que celui-ci n’a pas pu retenir ses nerfs et l’a maltraité. Qui a raison ? Et qui a tort ? Peu importe. Mais, ce qui s’est passé c’est que l’enfant de Brahim est venu chez son père pour se plaindre et lui dire qu’il a été maltraité par le fils de Mohamed. En principe, Brahim ne devait pas prendre les choses au sérieux. Il devait uniquement demander à son fils de se calmer et de demander au fils de Mohamed de ne plus faire de mal à son fils. Malheureusement, il s’est énervé au point qu’il a décidé d’aller chercher Mohamed. Quand celui-ci lui a ouvert la porte, Brahim a commencé à l’insulter et à le menacer. Mohamed a tenté de le calmer puisque le problème ne concernait que des chicaneries d’enfants. Mais Brahim était hors de lui. Il l’insultait sans vergogne. À un moment donné, Mohamed n’a plus pu garder son sang-froid. Il l’a également insulté. Les voisins sont intervenus pour empêcher que l’irréparable ne se soit produit surtout que Brahim menaçait Mohamed de meurtre. Brahim est retourné chez lui. Mais le sentiment de vengeance lui rongeait le cœur. Nous sommes le samedi 4 septembre. Quelques heures avant la rupture du jeûne, Brahim s’est armé d’un couteau et est sorti à la recherche de son protagoniste Mohamed. Il ne l’a pas trouvé au douar. Il l’attendait juste à côté de chez lui. Tout d’un coup, Mohamed s’est apprêté à rentrer chez lui. Mais, Brahim s’est tenu derrière lui. Il l’a appelé. Mohamed qui était sur le seuil de chez lui a tourné ses regards pour voir celui qui l’a appelé. Brahim l’a surpris par quelques coups de couteau. Mohamed est tombé par terre. Brahim lui a donné d’autres coups de couteau avant de prendre la fuite. L’épouse de Mohamed qui a entendu les appels de secours de son mari est sortie. Elle a commencé à demander secours. Les voisins ont alerté les gendarmes. Ceux-ci se sont dépêchés sur les lieux. Ils ont remarqué que Mohamed a déjà rendu son âme. Ils ont diligenté une enquête minutieuse qui s’est soldée par l’arrestation du mis en cause.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *