Pour une poire, il brûle à mort un marchand de fruits

Pour une poire, il brûle à mort un marchand de fruits

Il s’agit de Jilali, un sexagénaire. Les policiers se dépêchent sur le boulevard La Grande Ceinture pour effectuer les premiers éléments du constat d’usage. À leur arrivée, ils apprennent que Jilali a été déjà évacué par les éléments de la protection civile vers le service des brûlés à l’hôpital universitaire Ibn Rochd. Jilali semble être dans un état critique.

Il souffre de brûlures au troisième degré. Il n’arrive même pas à articuler pour dire aux policiers ce qui s’était passé. Pourtant, tant bien que mal, il arrive  à expliquer aux enquêteurs qu’il vaquait à son travail de marchand de fruits quand il a été surpris par un jeune homme qui l’a aspergé d’un liquide avant de lui mettre le feu et de prendre la fuite. Par ailleurs, des témoins attestent que le jeune homme s’est présenté chez le fils de Jilali qui gardait la marchandise lui demandant une poire. Il s’en est suivi une altercation entre les deux. Chacun est parti ensuite chez lui. Seulement, le jeune homme est revenu à la charge tenant une bouteille remplie d’un liquide inflammable, croyant qu’il se vengerait du fils de Jilali. Malheureusement, il n’y avait que Jilali sur place et c’est lui qui sera la victime du jeune homme.  

Allumé comme une torche, Jilali demandait  de l’aide. Les jeunes du quartier ont tout tenté pour l’aider avant l’arrivée de l’ambulance pour le conduire vers le CHU Ibn Rochd. Une enquête policière démarre donc avec la collecte des informations concernant le pyromane. Bref, il a été identifié facilement puisqu’il est un jeune du quartier. La police veut le mettre la main dessus, mais sans résultat. Il semble avoir quitté Casablanca. Dès lors, un mandat de recherche à l’échelle nationale avec sa photo d’identité a été diffusé. La nuit du dimanche 14 septembre, Jilali rend l’âme suite à ses brûlures de 3ème degré. Et l’auteur du crime court toujours.

Lundi 15 septembre, les éléments de la police judiciaire de Nador arrêtent un jeune homme dont les traits et les signalements ressemblent à ceux du jeune qui figure sur la photo d’identité de l’auteur de crime diffusée à l’échelle nationale avec le mandat de recherche. Soumis aux interrogatoires, il crache le morceau.

Bref, il est bel et bien l’homme qui a allumé Jillali comme une torche. De Nador, le jeune homme a été conduit à Casablanca pour être mis entre les mains des policiers de la PJ de Hay Mohammedi-Aïn Sebaâ. Ce jeudi 18 septembre, il devrait être traduit devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca. Affaire à suivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *