Quatre individus violent une femme mariée

Ils sont quatre amis. Ils sont nés et ont grandi au même douar, Nouayla, à la province de Taroudant. Si leur aîné est âgé de vingt-six ans, leur benjamin est à son vingtième printemps. Certes, ils ont quitté, tôt, les bancs de l’école, à la phase primaire. Ils étaient des garçons sans problèmes et jouissaient d’une bonne réputation. Effectivement, ils constituaient un quatuor presque inséparable, qui ne fument ni cigarettes, ni haschich et qui ne consomment pas de comprimés psychotropes ni de boissons alcoolisées. Ils se rencontraient pour, entre autres, rigoler, plaisanter et jouer au football en compagnie d’autres garçons du douar. Bref, ils étaient des amis exemplaires. C’était le vendredi 22 février, vers 21 h. Comme à l’accoutumée, les quatre amis étaient ensemble à badiner au douar. Sans profession, ils passaient ensemble la majorité de la nuit et ne retournaient chez eux que vers l’aube pour ne se réveiller que tardivement, vers midi.
A vingt-deux heures, ils sont passés à côté d’une ferme située dans leur douar. Ils savaient qu’un seul couple  y passait la nuit. Il s’agit d’un jeune homme et de sa femme, issus tous les deux, du même douar qu’eux.
«Que dites-vous si nous rentrions à la ferme…», a proposé l’un du quatuor. «Pourquoi faire ?»
«Pour coucher avec la femme !», a répondu le même jeune homme qui a fait la proposition.  En fait, la réponse était bouleversante pour l’un de ses trois amis. Alors que les deux autres lui ont facilement exprimé leur accord et ont encouragé le jeune qui avait l’intention de participer au délit. 
Avec précaution, l’un d’eux a brisé la vitre d’une fenêtre qui donne sur l’extérieur de la ferme. Et facilement, il est arrivé à l’ouvrir. Tous les quatre y ont pénétré sans attirer l’intention de personne. À pas de loups, ils sont arrivés à la chambre à coucher. Le couple plongeait dans un profond sommeil au point qu’il n’a pas entendu le moindre bruit. Tout d’un coup, le couple a sursauté suite à une gifle donnée au mari. Au départ, il n’a pas su ce que voulait le quatuor. Il les a suppliés de les laisser en paix. En vain. Sous la menace de les tuer, les quatre amis ont ligoté les mains des deux jeunes époux et leur ont muselé la bouche avec des foulards. Après quoi, ils ont renfermé le mari à l’intérieur des toilettes.   Et ils ont commencé à violer sa femme à tour de rôle. Sans pitié, ils l’ont même sodomisée.
Quatre heures de viol étaient suffisantes pour que la femme perde connaissance. Ce n’est que vers 2 h du matin qu’ils l’ont abandonnée. Le lendemain, une plainte a été déposée auprès du Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Taroudant. Les quatre jeunes ont été arrêtés par les gendarmes et ont été traduits devant la Cour d’appel d’Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *