Quatre jeunes arrêtés pour le viol d’un mineur

A son neuvième printemps, Azzedine ignore toujours tout de sa vie et de sa famille. Il ne savait pas qu’il avait été abandonné par sa propre mère et que cette femme qui prenait soin de lui l’aimait plus que tout au monde.  Cet enfant ne savait même pas si Bouznika où il vivait était le lieu de sa naissance. Azzedine ne se pose pas ce genre de questions. Cette femme, qui s’est occupée de lui depuis sa naissance, lui a donné le biberon, a changé ses couches et pris soin de lui. C’est à elle toujours qu’il fait confiance. Elle l’a inscrit à l’école et lui a acheté les fournitures scolaires.  Elle le conduisait tous les jours jusqu’à la porte de son école pour le protéger. D’ailleurs lorsque Azzedine souffrait et pleurait parce qu’on lui a fait du mal, c’est sa mère adoptive qui essuyait ses larmes et ne s’épargnait aucun effort pour le calmer. Elle n’était pas sa mère, mais, pour lui, elle était tout ce qu’il avait.  Azzedine est né en 1998 à Rabat. Sa mère l’a confié, alors qu’il était nourrisson, à cette femme qui demeure à Bouznika. Il n’avait plus aucun secret pour sa mère adoptive et cette dernière pouvait toujours deviner ce qui lui cachait, jusqu’au jour où quelque chose a bouleversé la vie de Azzedine. Elle a remarqué, dernièrement, un changement radical de ses comportements. Azzedine était un écolier brillant, actif, souriant et amusant. Il jouait et bavardait souvent avec ses camarades et ses voisins du quartier Ryad (Bouznika). Du jour au lendemain, il a complètement changé.
Il s’est renfermé et son dynamisme a, tout d’un coup, disparu. Il n’adressait plus la parole à personne et ne jouant plus avec ses copains. Son sourire a disparu et son dynamisme aussi. Il ne participait plus en classe et ne faisait plus ses devoirs. Il était en classe, mais donnait l’air d’être absent, bien que son corps était présent. Qu’est-ce qui lui est arrivé pour qu’il change aussi radicalement ? Sa mère adoptive n’arrêtait pas de se poser cette question. Elle était très inquiète car l’état de l’enfant semblait grave. Elle ne lui a pas demandé les raisons de ce changement, mais souffrait énormément à chaque fois qu’elle le regardait. Au fil des jours, la mère adoptive n’a pu supporter la souffrance de son enfant, devenue la sienne. Elle lui a enfin demandé de lui raconter ce qui lui est arrivé. Au départ, il a hésité. Mais ses larmes l’ont empêché de garder le silence plus longtemps. Il s’est alors débarrassé du lourd secret en racontant à sa mère qu’il avait été victime d’un viol perpétré, à plusieurs reprises, par quatre garçons. Sans attendre une minute, elle l’a emmené chez le médecin qui l’a examiné. Il a attesté que le mineur avait été bel et bien violé. Preuve à l’appui, elle a emmené Azzedine au commissariat de la circonscription de Bouznika pour déposer une plainte. Rapidement, les limiers se sont lancés à la recherche de quatuor. Il s’agit de Chakir, âgé de 26 ans, de Youssef, 19 ans, et de deux mineurs, Abderrazak et Merouane, âgés respectivement de 16 et 12 ans. Arrêtés, ces derniers ont avoué avoir violé Azzedine et de l’avoir menacé de le tuer s’il les dénonçait. Ils ont été traduits, la semaine dernière, devant la Cour d’appel de Casablanca.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *