Quatre trafiquants de cocaïne sous les verrous

Il n’est jamais facile de s’infiltrer dans les réseaux de trafiquants de drogues dures. Raison pour laquelle leur démantèlement semble être relativement difficile pour les enquêteurs de la police. Cependant, ces derniers n’hésitent pas à déployer tous leurs efforts et mobiliser tous leurs moyens pour arriver à les mettre hors d’état de nuire. Ce sont les éléments de la police judiciaire de la sûreté de Ben Msik-Sidi Othmane à Casablanca qui sont parvenus, il y a une dizaine de jours, à démanteler l’un des réseaux qui pullulent dans la capitale économique surtout que «le nombre de clients s’accroît au fil des jours», comme l’affirme une source policière à ALM.
Au départ, c’était un indicateur qui est arrivé à avoir des informations sur un élément d’un réseau de trafiquants de cocaïne. Des informations qu’il a relatées aux éléments d’une brigade judiciaire de la même sûreté. Possédant tous les éléments nécessaires sur le trafiquant de drogue, les enquêteurs lui ont tendu une souricière. Bien qu’il ait pris toutes les précautions nécessaires pour éviter d’être épinglé, Mohamed. A  est  arrivé à tomber dans les filets de la police. Âgé de trente-huit ans, il a été mis hors d’état de nuire en possession de douze grammes qu’il n’avait pas encore écoulées. Qui l’approvisionne ? Il a affirmé aux enquêteurs qu’il n’était qu’une partie de la chaîne dont il ignore les autres maillons ! Mais, il leur a divulgué son fournisseur, à savoir Mourad. K, âgé de vingt-cinq ans. Sur ordre des enquêteurs, le trafiquant Mohamed. A , a téléphoné à son fournisseur, lui a affirmé avoir un nouveau client et lui a fixé un rendez-vous à Sidi Othmane. Un policier a joué le rôle du nouveau client. Seulement, le deuxième trafiquant de drogue n’a pas cessé de changer les lieux de rencontre pour finalement fixer  le rendez-vous au quartier Derb Ghallef. C’est là où Mourad a été arrêté. Il n’était pas seul.
Il était en compagnie d’un autre trafiquant de cocaïne, mis également hors d’état de nuire. Il s’agit de Mohamed. S, âgé de vingt-trois ans.  Ils n’étaient en possession d’aucun gramme de cocaïne parce qu’ils venaient d’en écouler à leurs clients. Pour qui travaillent-ils ?  Pour «Kalimero», un surnom pour Hicham B, âgé de vingt-neuf ans, ont-ils avoué aux enquêteurs. Pas moins de quelques heures plus tard, ce dernier a été arrêté au quartier Sidi Moumen, juste à côté d’un hypermarché. Il était à bord d’une voiture, marque Clio, immatriculée au Maroc, appartenant à une agence de location de voitures, en compagnie de sa maîtresse. Une fouille corporelle effectuée par les enquêteurs a permis de mettre la main sur trente-trois grammes de cocaïne. Qui l’approvisionne ? L’identité du fournisseur a finalement été dévoilée. Mais jusqu’à aujourd’hui, ce dernier est toujours en fuite. Signalons que la même sûreté a mis la main sur un trafiquant de drogue en possession d’un kilo et demi de haschich.
Les quatre trafiquants de cocaïne, la maîtresse de l’un d’eux et le trafiquant du haschich ont été traduits, dernièrement, devant la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *