Six cambriolages en un périmètre d un kilomètre

Six cambriolages en un périmètre d un kilomètre

L’air tranquille, escorté par trois policiers, Brahim regarde, cet après-midi du mardi 4 septembre, ces jeunes hommes qui attendaient son apparition au seuil du commissariat de la sûreté de police à Mohammedia pour se mettre à le photographier. Soudain, il perd son calme et leur a demandé de s’éloigner de lui. A trente-six ans, ce père de famille a effectué le cambriolage de deux agences bancaires, deux agences appartenant à des opérateurs téléphoniques, d’un restaurant et d’une agence appartenant à une entreprise spécialisée dans le mobilier et objets de décoration en kit.
«Les six lieux ciblés par le malfrat se trouvent tous dans un périmètre d’un kilomètre», précise le commissaire, El Mostafa Sabri, chef du service de la police judiciaire de Mohammedia, à la presse lors de la reconstitution du crime.
C’était en juin dernier que Brahim a effectué sa première opération. Il a réussi à cambrioler deux agences de deux opérateurs téléphoniques, l’une se trouve au boulevard Mohammed V et l’autre au boulevard des FAR. D’habitude, il agissait en compagnie d’un complice qu’il change à chaque opération, ajoute le chef de la PJ de Mohammedia. Il a mis la main sur un gros lot de téléphones portables. «Le butin est d’une valeur de 80 mille dirhams», a précisé la même source. Il a vendu tous les téléphones à deux commerçants de Joutéa de Derb Ghallef, à Casablanca.
Après, c’est un restaurant situé dans la rue El Haouz, donnant sur la place de la Marche Verte, qui a été visité par ses soins. Seulement, le butin était insignifiant et n’a pas rapporté grand-chose. L’agence spécialisée dans le mobilier et objets de décoration en kit était sa troisième cible. Cette dernière opération avait eu lieu durant les jours de l’Aïd El Fitr. Avant d’y accéder, il se couvrait la tête à l’aide d’une cagoule. Après il désactivait les caméras de surveillance et les signaux d’alarme.
Repris de justice, il a avoué ses crimes, selon le chef de la PJ de Mohammedia. Plusieurs objets qu’il utilisait pour effectuer ses opérations, ont été saisis chez lui avant qu’il ne soit traduit devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *