Son courage lui a coûté la vie

Douar Chama au quartier El Inara, préfecture de Hay Hassani-Aïn Chock, est l’un des quartiers les plus chauds de Casablanca où l’on peut vous chercher noises pour un simple malentendu. Il y a plus de deux mois, un jeune homme, surnommé Michael, la vingtaine, célibataire, sans profession, a croisé le jeune Abdelilah, dix-sept ans, également célibataire et au chômage. Un simple regard mal interprété, avait suffi, pour qu’une bagarre soit engagée. Des interminables reproches et insultes, on en était venus aux mains. Etant plus robuste et plus fort, Michael a réussi à battre son adversaire, Abdelilah, avant de prendre la fuite. En colère, Abdelilah est allé voir son frère, Azzedine, coiffeur, pour se plaindre et le solliciter à prendre sa revanche sur Michael. Ayant appris ce qui était arrivé à son frère, Azzedine n’a pas pu supporter l’humiliation. Armé d’un couteau, il s’est lancé à la recherche de Michael qui évitait, par précaution, la rencontre avec Abdelilah et sa famille. Ce vendredi 18 janvier, il a malheureusement été surpris, par Abdelilah et son père.
«Le voilà enfin…», a crié Abdelilah en se jetant sur Michael. Ce dernier a résisté et a tenté de s’enfuir. Mais en vain.
Le jeune homme a été soutenu par son père pour maîtriser Michael. Sans pitié, ils ont commencé à lui administrer des coups de poing et de pied. Les badauds se sont attroupés autour d’eux. Au départ, personne n’a pu intervenir. Ils craignaient la famille d’Abdelilah. Michael n’a pu éviter les coups qui pleuvaient sur son corps. Il criait au secours. Tout d’un coup, Mostafa, père de famille, quadragénaire, a décidé d’intervenir pour empêcher Abdelilah et son père de continuer à agresser Michael.
Il voulait que son intervention puisse mettre fin à la bagarre. Effectivement, Michael est arrivé à s’échapper. Ce qui a rendu Abdelilah et son père en colère.
«Pourquoi l’as-tu aidé à s’enfuir ?», lui a demandé Abdelilah après avoir réussi à le faire tomber par terre.
Le père d’Abdelilah l’insultait et l’injuriait tendis que son fils continuait à le battre violemment. Informé, Azzedine, le frère d’Abdelilah, a pris un couteau qu’il a dissimulé sous ses vêtements, a verrouillé son petit salon de coiffure et s’est rendu pour soutenir son frère et son père. Arrivé sur les lieux de la dispute, Azzedine a asséné trois coups de couteau auxquels Mostafa n’a pas survécu. Azzedine, son père et son frère ont été arrêtés et traduits devant la Cour d’appel de Casablanca.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *