Souffrant de troubles psychiques, il tue trois personnes

Au douar Ouled Bouâzza, à Khemis Mettouh, circonscription Sidi Smaïl, commune rurale d’Ouled Frej, province d’El Jadida, Saïd, âgé de vingt-deux ans, jouit d’une bonne réputation. Mais que s’est-il passé pour qu’il arrive, ce samedi 1er mai, à commettre trois crimes crapuleux qui ont coûté la vie à trois personnes ? Bien que ses voisins au douar étaient au courant qu’il souffrait de troubles psychiques lui causant de temps en temps des attaques d’hystérie, ils ignoraient ce qui lui est arrivé au point de tuer des innocents qui ne lui ont rien fait. Il était 15h 30 ce jour de la fête des travailleurs lorsque Saïd qui était armé d’une pioche est monté dans une carriole pour quitter son douar. Ce jeune pieux, qui ne ratait pas ses cinq prières, n’attirait l’attention de personne puisqu’il empruntait son chemin, comme de coutume, sans toucher personne. Mais quand il est arrivé au douar Rmoula, son comportement a changé. Il est devenu comme un monstre qui détestait voir un être humain. Dans un état hystérique, il est descendu de sa carriole pour aller vers un champ agricole où un troupeau pâturait. Quand il a vu Hakima, âgée de vingt ans, il s’est dirigé vers elle. Elle s’est rendue compte de son état hystérique. Elle a tenté de sauver sa peau. Malheureusement, Saïd était plus rapide qu’elle. Il l’a attrapée. Et il lui a asséné plusieurs coups de pioche comme s’il creusait la terre. Il lui a fracassé sa tête. «C’était horrible», nous a confié un journaliste qui a vu le cadavre à la morgue au centre hospitalier provincial Mohammed V à El Jadida. Abandonnant le corps sans âme gisant dans une mare de sang, Saïd a repris son chemin. Aussitôt, les éléments de la Gendarmerie royale ont été alertés. Une opération de ratissage a été entamée dans la région. En vain. Deux heures plus tard, vers 18h, les enquêteurs ont reçu une information encore plus choquante. Saïd qui est arrivé au douar Ouled Malek, commune d’Al Âmiriya, caïdat de Beni Hilal, province de Sidi Bennour a tué un jeune homme, Mohamed, âgé de vingt ans, de quelques coups de pioche. Saïd a par la suite repris son chemin et croise une quadragénaire, mère de quatre enfants, Fatima, qui est issue du douar Rouahla. Il ne l’a pas épargnée puisqu’il l’a tuée de plusieurs coups de pioche. Il n’a cessé ses coups qu’une fois convaincu qu’elle était effectivement morte. Après, il a abandonné la charrette et est monté le cheval pour disparaître. Aussitôt, tous les éléments des autorités locales et de la Gendarmerie que ce soit à El Jadida, Sidi Bennour ou encore à Khemis Mettouh et les environs ont été mobilisés pour mettre fin au carnage. Une opération de ratissage a ciblé les quatre coins de la région, du douar Al Âmiriya à Beni Hilal en passant par Mettouh et Zaouiat Sidi Smaïl. Mais toujours en vain. Tout le monde était sur ses nerfs. Les brigades canines de la Gendarmerie royale ne sont pas restées les bras croisées. Leurs chiens cherchaient le triple meurtrier. Mais les recherches se sont poursuivies durant plusieurs heures. Et vers 3h du matin du dimanche, Saïd a été arrêté au douar Touajna, alors qu’il s’apprêtait à retourner chez lui comme si rien ne s’était passé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *