Tanger : 10 ans de réclusion criminelle pour un infanticide

Tanger : 10 ans de réclusion criminelle pour un infanticide

Âgé de trente-deux ans, Mohamed est poursuivi pour une lourde accusation qu’il a reconnue catégoriquement : infanticide. Au début de son interrogatoire par la police de Tanger, après son arrestation en juin dernier, il a clamé son innocence. D’abord, c’était un médecin de l’hôpital Mohammed V, à Tanger, qui a alerté la police quand ce père de famille est arrivé en compagnie de son enfant, âgé de trois ans, gravement blessé. Il a demandé au médecin de soigner son enfant qui s’est renversé aux escaliers. Mais, les fractures et la tuméfaction que ce médecin avait remarquées au niveau de la tête de l’enfant lui ont mis la puce à l’oreille. C’est la raison pour laquelle il a fait appel à la police qui s’est dépêchée aussitôt sur l’hôpital. Soumis aux interrogatoires, il a affirmé, au départ, que l’enfant s’est renversé tout seul aux escaliers. Une réponse qui semble erronée après la rédaction du rapport de l’autopsie par le médecin légiste qui a conclu que les fractures seraient dues à une violence.

L’épouse également a confirmé que l’enfant s’est renversé tout seul. Des déclarations que les enquêteurs n’ont pas crues. Poussant les interrogatoires jusqu’au bout, les limiers sont arrivés à leur objectif, à savoir la vérité. Mohamed a fini par cracher le morceau. Il a expliqué qu’il croyait que l’enfant n’était pas le sien puisque sa femme avait une relation amoureuse avec un autre homme. Dès la naissance de l’enfant, il y a trois ans, il croyait qu’il était de l’ex-amant de sa femme. C’est pourquoi il a décidé de le tuer. Sa décision, il l’a prise il y a plus d’un an. Mais, il n’a pu passer à l’acte qu’en juin dernier quand il a tenu l’enfant par les pieds et l’a jeté sauvagement contre le mur. Un comportement sauvage qu’il a répété à trois reprises avant que l’enfant ne perde connaissance. C’est ainsi qu’il l’a conduit vers l’hôpital où il a perdu la vie. Des déclarations qu’il a révélées également devant la Cour qui l’a jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort et l’a condamné à dix ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *