Terrorisme : 2 à 7 ans de réclusion criminelle pour des extrémistes

Terrorisme : 2 à 7 ans de réclusion criminelle pour des extrémistes

Depuis qu’il avait 18 ans, Abdelhak, originaire de Marrakech, est devenu adepte de l’idéologie takfiriste.

Âgé de vingt-sept ans et père de deux enfants, Abdelhak, gérant d’un cyber, a été condamné, jeudi dernier, par la chambre criminelle de première instance, chargée des affaires de terrorisme, près la Cour d’appel à Salé, à 7 ans de réclusion criminelle. C’est parce qu’il a joué un rôle primordial dans la constitution d’une bande de malfaiteurs ayant pour objectif de commettre des actes terroristes faisant partie d’un projet collectif visant à porter atteinte à l’ordre public, la collecte de fonds en vue de financer des actes terroristes, l’incitation d’autrui et sa provocation à commettre des actes terroristes. Cinq membres de ses complices, âgés de 25 à 27 ans, tous des employés, ont écopé de 5 ans de réclusion criminelle. Tandis que le sixième complice, un commerçant de son état, âgé de trente-six ans, a bénéficié des circonstances atténuantes pour être condamné uniquement à 2 ans de prison ferme.

Depuis qu’il avait 18 ans, Abdelhak, originaire de Marrakech, est devenu adepte de l’idéologie takfiriste. En compagnie de son ami, El Mahdi, qui l’a attiré dans les ténèbres de ce mouvement extrémiste, il a voyagé vers Laâyoune pour assister aux cours portant sur la charia, présentés par un certain extrémiste, Cheikh Othman. Au fil du temps, il est devenu imam d’une mosquée et a chargé son ami El Mahdi de faire l’appel à la prière, Al Azhan. Entre-temps, un malentendu a brumé sa relation avec son Cheikh Othman à propos de la légitimité référentielle religieuse présentée sur le mouvement terroriste, Daech. Après quoi, il a chapeauté une cellule qui a décidé de déployer tous ses efforts pour aller rallier les rangs de Daech en Syrie. Mais suite aux mesures de sécurité dressés dans les frontières turques, ils ont décidé d’aller rallier les rangs des extrémistes en Libye et ce avec le soutien des membres des séparatistes du polisario. Mais leur plan a échoué avec la descente policière effectuée sur leurs domiciles à Marrakech et Laâyoune.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *