février 24, 2017

Terrorisme : Le parcours d’Abou Youssef dans les rangs des djihadistes

Terrorisme : Le parcours d’Abou Youssef dans les rangs des djihadistes

Abou Youssef a affirmé aux enquêteurs qu’il fréquentait souvent des salafistes qui ont bourré sa tête d’idées djihadistes.

Abou Youssef. C’est le surnom que lui avait donné les djihadistes quand il était en Syrie. Seulement, il a fini par retourner au Maroc, via la Turquie, pour être arrêté à l’aéroport international Mohammed V, à Casablanca.

Né à Tanger, Abou Youssef qui est âgé de vingt-six ans, a affirmé aux enquêteurs qu’il fréquentait souvent des salafistes qui ont bourré sa tête d’idées djihadistes. Au fil du temps, il voulait rejoindre les mouvements djihadistes en Syrie. Certes, ses amis salafistes l’ont encouragé et l’ont aidé. C’est ainsi qu’en avril 2016, il a voyagé vers Istanbul, en Turquie, pour se rendre ensuite à Antioche, ville proche de la frontière syrienne. De là, il est arrivé à passer les frontières, contre une somme de 100 livres turques pour se retrouver dans une maison d’hôtes du village Kinsabba situé au Lattaquié, au nord-ouest de la Syrie.

Il a été accueilli par un responsable du comité de sécurité du mouvement Cham Al Islam. Après quoi, Abou Youssef a été conduit, en compagnie de quinze autres nouvelles recrues, au camp Ad-Dayâa (La Prairie) pour être engagés dans des entraînements militaires portant sur l’apprentissage de l’usage des armes « BKC » et « RPG » et le montage et le démontage des kalachnikov et des mitraillettes calibre 14,5. Ils apprenaient également les méthodes nécessaires pour faire face aux bombes sans oublier la condition physique et les leçons religieuses. Il a été conduit ensuite au camp Azzedine Al Qassam pour se retrouver au front et participer au combat contre un mouvement dénommé Diâab Al Ghab (les loups de la jungle). Mais enfin, il a décidé de retourner au Maroc. Abou Youssef a été traduit devant la justice. Et la chambre criminelle chargée des affaires de terrorisme à Salé l’a condamné en première instance à 4 ans de prison ferme. Mais la semaine dernière, la même chambre, en appel, réduira la condamnation à 3 ans de prison ferme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *