Tiznit : Un mort sur fond de règlement de comptes

Tiznit : Un mort sur fond de règlement de comptes

Sur la scène du crime, les enquêteurs découvrent le corps d’une personne de sexe masculin portant de traces de balles au niveau de la tête et du cœur.

Nous sommes à Tiznit. Les éléments de la gendarmerie royale ont été alertés, vendredi 2 février, pour se dépêcher dans la région Boussansar relevant de la commune rurale Reggada située à une quinzaine de kilomètres de Tiznit. Leur interlocuteur les informe que son ami a été tué par balle. Sur la scène du crime, les enquêteurs découvrent le corps d’une personne de sexe masculin portant de traces de balles au niveau de la tête et du cœur. Un ratissage des lieux permet aux limiers de mettre la main sur l’arme à feu par laquelle la victime a été tuée.

Qui l’a tué ? Personne, leur répond le jeune homme qui les a alertés tout en expliquant qu’ils sont venus dans cette région afin de chasser des perdrix, mais son ami et compagnon qui était à bord de la voiture de leur guide, une Mercedes Sprinter, s’est tiré, par erreur, une balle qui l’a touché au cœur et à la tête. Mais pour les enquêteurs aguerris c’était un peu trop facile, surtout qu’il répondait tout calmement à leurs questions. De plus, il ne leur a pas donné de réponse convaincante sur la disparition de la voiture et le guide dont il a parlé, ni sur le fait de traverser des dizaines de kilomètres entre Tan Tan et Tiznit, sans moyen de transport, pour chasser deux ou trois perdrix. Outre cela, son compagnon avait tiré une seule balle alors que le constat montre que deux balles ont été tirées, d’ailleurs comment quelqu’un peut-il se tirer deux balles par erreur ? Enfin il ne leur a pas dit que son compagnon était un contrebandier. Cela faisait un peu trop. Peu de temps plus tard, une information faisant état qu’une Mercedes Sprinter chargée de plus de 100 mille cartouches de cigarettes de contrebande s’est renversée au niveau de la région de Sidi Bibi. Y a-t-il un lien entre les deux affaires ? Martelé de questions, le jeune homme qui a alerté les gendarmes crache le morceau. Il s’agit d’un règlement de comptes entre des contrebandiers. L’enquête est toujours en cours pour tirer toute l’affaire au clair.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *