Trois lascars spécialisés dans les agressions d’ivrognes

Nous sommes à la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Au box des accusés, se tenaient trois jeunes hommes. Ils sont poursuivis pour constitution d’une bande de malfaiteurs et pour vols qualifiés. Abdellah, âgé de vingt-huit ans, avait quitté définitivement le foyer parental, sis au quartier Moulay Rachid, après avoir été violemment maltraité par son père. Il a quitté tôt l’école. La rue l’a accueilli à bras ouverts. Ses parents ont tenté par tous les moyens de le faire revenir à la maison et de l’inciter à vivre en famille. En vain. Il s’est apparemment habitué à vivre dehors comme un vagabond. Saïd, âgé de vingt-deux ans, est analphabète. Il n’a jamais mis les pieds dans une école. La pauvreté en était la cause principale. Il habite dans un douar de la ville de Khénifra. Adolescent, il décide d’aller à Casablanca pour chercher du travail. Depuis qu’il a fait la connaissance de quelques jeunes drogués, il est devenu agressif. Pire encore, ses mauvais comportements étaient à l’origine de son incarcération. Il a été condamné à deux reprises à des peines d’emprisonnement de six et de dix-huit mois fermes. Le troisième mis en cause s’appelle Hassan. Ce dernier a également quitté les bancs de l’école très jeune. Son père qui travaillait au port de Casablanca l’a aidé à trouver un emploi dans la même société. Sa nouvelle situation lui a permis de se marier et de fonder une famille. Cependant, il a été licencié quelque temps plus tard ayant été accusé de vol. On n’a pas voulu le poursuivre en justice. Il est resté par conséquent sans emploi. Le chômage a eu des répercussions sur son foyer. Sa femme lui a demandé à maintes reprises de chercher un autre emploi. En vain. Pour subvenir aux besoins de sa petite famille, elle a commencé à travailler comme domestique chez des familles casablancaises. Et Hassan se contentait de rester à la maison et attendre le retour de sa femme qui lui remettait de l’argent pour se procurer des cigarettes et du haschich. Ne supportant plus cette situation, elle a demandé le divorce. Incapable d’assumer sa responsabilité en tant que père, il accepte. Entre-temps, il a fait la connaissance de Saïd. Ce dernier lui a proposé de devenir son compagnon et son complice. Inséparables, ils constituent un duo spécialisé dans les agressions des soûlards qui sortent des bars. Au fil du temps, ils rencontrent Abdellah, un autre malfrat qui perpétrait des vols simples. Ce dernier les a rejoints pour constituer un trio. Heureusement, ce trio a été mis hors d’état de nuire quelques semaines après sa constitution. Après les délibérations, les trois lascars ont été condamnés à trois ans de prison ferme chacun.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *