Trompé, il brûle trois jeunes filles

Issu d’une famille pauvre d’un douar de la région de Hrara, province de Safi, Zouhaïr a passé son enfance et son adolescence dans la nonchalance. A l’école, il s’est retiré dès sa sixième année d’enseignement fondamental et à 17ans il a quitté son douar à la recherche de l’indépendance. Il devait donc apprendre à se débrouiller pour gagner sa vie et subvenir aux besoins de sa famille. Destination : Safi, à une vingtaine de kilomètres de son douar. A son arrivée, Zouhaïr n’a pas erré dans les rues et les boulevards safiots en quête d’un toit et d’un emploi. Il a été chaleureusement accueilli par d’anciens voisins du douar qui s’étaient installés, depuis des années, à Safi pour y travailler. La majorité d’entre eux étaient des marins. Zouhaïr a appris ce métier et a commencé à gagner sa vie sans aucun problème. Il rendait de temps en temps visite à sa famille pour l’aider financièrement.
 Zouhaïr, vivant loin de sa famille, en compagnie d’autres jeunes, semblait prédisposé à s’adonner à quelques mauvaises habitudes coûteuses. Cigarettes, puis alcool, auxquels s’ajoutent les mauvaises fréquentations.
Lors d’une soirée autour de quelques verres de vin rouge et de bière, Zouhaïr a fait la connaissance du jeune Mohamed, son cadet de deux ans. Depuis, leur relation s’est développée au point qu’ils sont devenus inséparables. Après une journée très dure passée en mer, ils préféraient rester ensemble pour se défouler avec quelques amis pour une soirée bien arrosée. Ils étaient ensemble, ce jour-là, il y a près d’un an, quand ils ont croisé une jeune fille charmante. Zouhaïr l’a abordée en premier et lui a même révélé que son rêve n’était autre que de pouvoir entretenir avec elle une relation. La jeune fille, qui a gardé le silence, est restée souriante. Elle semblait ravie de la proposition. Coup de foudre, puis histoire d’amour. Les deux tourtereaux se retrouvaient au moins deux fois par semaine. Tout le monde aurait pu jurer que c’était là le grand amour.
La nuit du samedi 11 août, Zouhaïr, sachant que son ami, Mohamed, et trois autres amis étaient réunis pour une soirée avec quelques jeunes filles dans une maison à Derb Boujertila, dans l’ancienne médina, a décidé de les rejoindre. Vers 22 h, il rentre sans frapper à la porte. Le choc ! À côté de son ami, Mohamed, se tenait sa bien aimée. Sous l’effet de l’alcool, ils ont continué à s’enivrer, à bavarder, à rigoler et… à s’embrasser. Il y avait deux autres jeunes filles qui accompagnaient les deux autres camarades de Mohamed. Un quatrième jeune homme n’était pas accompagné. Zouhaïr, à ce moment-là, a ressenti les signes d’une trahison. Il regardait sa dulcinée sans dire mot ou réagir. Il a juste tourné le dos pour disparaître. Où ? Personne ne semblait s’en préoccuper.
Dimanche 12 août, vers 1 h du matin. Zouhaïr réapparaît de nouveau à la maison de Derb Boujertila. Il tenait une bouteille remplie d’essence. Il a poussé la porte et est rentré brusquement. Les portes des trois chambres étaient fermées. Laquelle parmi elles occupaient son infidèle compagne et son traître d’ami ? Il ne le savait pas. Il a ouvert la bouteille et a versé son contenu aux seuils et sur les portes des trois chambres. Ensuite, il a craqué une allumette et a mis le feu avant de prendre la fuite.
Les quatre jeunes hommes et les trois filles se sont réveillés asphyxiés par la fumée et ont commencé à crier au secours. Le feu ne les pas épargnés et les sept jeunes se sont transformés en torches vivantes. L’une des trois filles a été complètement calcinée par les flammes bien avant l’arrivée des pompiers, qui ont difficilement circonscris l’incendie.
Les éléments de la protection civile ont évacué les six autres personnes vers Casablanca pour être opérées à l’hôpital Ibn Rochd. L’amante de Zouhaïr a rendu l’âme, le lendemain, lundi 13 août.
Le même jour, durant la matinée, Zouhaïr est appréhendé au port de Safi. Deux jours plus tard, mercredi 15 août, la troisième fille est décédée des suites de ses graves brûlures. Il ne restait en vie que les quatre jeunes hommes, dont l’ami de Zouhaïr.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *