Un duo tue un bijoutier, découpe son cadavre et l’éparpille en morceaux

Nous sommes en mi-février . Ce jeune berger conduisait son troupeau à travers les champs agricoles de la commune rurale Kandar Sidi Khiar, dans la province de Sefrou, dans la région de Fès-Boulemane, quand il a découvert, dans un premier coin, les mains d’un être humain. Il n’a pas cru ses yeux. À qui appartiennent ces mains ? Qui les a jetées ? Qu’est-ce qui est arrivé à la personne à qui elles appartiennent ? Il n’arrivait pas à terminer les questions qui lui hantaient l’esprit pour qu’il retrouve une deuxième partie du corps humain, puis une troisième et une quatrième. En courant, il est retourné à son douar et a informé les habitants de sa découverte macabre. Comme une poignée de poudre, l’information s’est répandue à travers tous les douars de la région. Les éléments de la Gendarmerie royale ont été alertés. Ils se sont dépêchés sur les lieux. Ils ont remarqué les différents morceaux d’un être humain. La première remarque: la déformation du visage suite à l’usage de l’esprit de sel. Et la deuxième : les morceaux du corps humain découverts appartiendraient à la même personne. Ces différentes parties du corps humain ont été évacuées vers la morgue du Centre hospitalier universitaire à Fès. À qui appartiennent-elles ?
En fait, une semaine avant cette découverte macabre, les éléments de la Gendarmerie royale avaient reçu une demande relative à la «recherche au profit de la famille» auprès des enfants d’un bijoutier de la ville de Fès, âgé de soixante-deux ans. À ce propos, les investigations ont révélé que le sexagénaire, porté disparu, était dans sa bijouterie quand un jeune homme a garé sa voiture et est rentré chez lui. Tout d’un coup, le jeune homme a rejoint sa voiture Les investigations menées par les limiers, à propos de la disparition du bijoutier, ont permis de révéler que le bijoutier, porté disparu, était dans sa bijouterie, au quartier Bendabab, quand il a été rejoint par un jeune homme qui était à bord d’une voiture. Celui-ci est sorti pour retourner à sa voiture. Quelques minutes plus tard, le bijoutier l’a rejoint. La voiture a démarré. Depuis, le bijoutier n’a plus donné signe de vie. Les morceaux du corps humain retrouvés lui appartiennent-ils ? «Oui», selon le rapport de l’analyse de l’ADN. En conséquence, l’index a été mis sur le jeune homme qui était en sa compagnie le jour de sa disparition. Depuis, les investigations se poursuivent. Mais, en vain. Le jeune homme n’a pas donné signe de vie. Où a-t-il disparu ? Aucune information. Il fallait attendre un mois et dix jours pour qu’il soit arrêté à Dakhla quand il s’apprêtait à quitter légalement le territoire marocain vers les Îles Canaries. Car il disposait d’un contrat de travail lui permettant de travailler dans une société qui y est installée . Il a été conduit à Sefrou pour être soumis aux interrogatoires. Est-il le meurtrier du bijoutier ? Ce repris de justice qui venait d’être relâché de prison après avoir purgé une peine de trois ans de prison ferme pour son implication dans une affaire de trafic de drogue a avoué être le meurtrier. Il a affirmé, lors de son interrogatoire, avoir rejoint le bijoutier pour lui expliquer qu’il dispose d’une importante quantité d’or . Il lui a précisé qu’il l’avait gardée chez lui. Le bijoutier qui semblait avoir l’intention de l’acheter l’a accompagné à bord de sa voiture. Seulement, il s’est retrouvé entre les mains de ce jeune homme et son complice, un repris de justice qui était impliqué dans une affaire de meurtre. Tous les deux l’ont tué et ont découpé son corps en morceaux pour les éparpiller ensuite à travers les champs agricoles de la commune Kandar Sidi Khiar. Pour quel mobile l’ont-ils tué? Pour mettre la main sur une somme de cinquante mille dirhams.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *