Un élément de la Brigade légère assassine un élève à Casablanca

Hier matin, les élèves du collège Al Idrissi, délégation de Casa-Anfa, ont observé un sit-in en protestation contre la mort de leur camarade, Hamza, âgé de 16 ans. La victime, qui poursuivait ses études en huitième année d’enseignement fondamental, a été poignardée, vendredi dernier dans l’après-midi, par un élément de la Brigade légère d’intervention rapide (BLIR) sur l’esplanade de la Mosquée Hassan II, à Casablanca. Comment ce crime a-t-il été perpétré et pourquoi ?
Dernier jour du mois de novembre, il est 14h15. Hamza avait un peu plus d’une demi-heure avant de rejoindre la classe.
En attendant, il passait son temps en compagnie de ses camarades aux environs de la Mosquée Hassan II, à quelques dizaines de mètres de l’école. Tout d’un coup, une élève qu’il connaissait est venue lui demander secours. Hamza, qui demeure au quartier Arsat Ben Sallama (en ancienne médina), lui a demandé alors la raison de son problème. La fille lui a répondu que cinq jeunes hommes la harcelaient. Hamza n’a pas hésité une seconde à aller voir ces cinq jeunes pour leur demander d’arrêter de harceler la jeune élève. L’un d’eux a violemment poussé Hamza et l’a même giflé. Se sentant humilié, Hamza s’est avancé vers son agresseur pour le frapper. Hors de lui, ce dernier a sorti un couteau qu’il dissimulait sous ses vêtements et lui a asséné deux coups : le premier au niveau du cou et le second au niveau du cœur. Ses quatre amis ne sont pas intervenus pour l’en empêcher. Ils l’auraient même encouragé, selon des témoins oculaires.
Les cinq copains ont, ensuite, tenté de s’enfuir. Seulement, les témoins qui ont assisté à la scène les ont poursuivis et ont réussi à attraper l’assassin. Hamza a été transporté aux urgences de l’hôpital Moulay Youssef. Malheureusement, il a succombé à ses blessures. Alertés, les éléments de la police judiciaire du District de Casa-Anfa se sont dépêchés sur les lieux. Le mis en cause, en garde-à-vue au commissariat de la police de la Mosquée Hassan II, a surpris les agents lorsqu’il a décliné sa fonction. C’est un élément de la BLIR (Brigade légère d’intervention rapide). Il s’appelle Aziz et est âgé de 26 ans. Ses quatre camarades, qui se sont enfuis, sont rentrés à la caserne de la Marine Royale située sur le boulevard Sour Jdid. Ils font partie également de la même brigade, déployée dernièrement à Casablanca, ne soutien de la police.
Hamza a été inhumé, samedi dernier, au cimetière Arrahma. Quant au mis en cause et ses quatre amis, ils ont été traduits, lundi, devant la Cour martiale à Rabat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *