Un enfant de 5 ans kidnappé et violé atrocement

Nous sommes au quartier Aïn Sebaâ, à Kénitra. Un quartier populaire, marginalisé, jouxtant l’autoroute. Hassan y est né en 2003. Il est le cadet d’une fratrie de trois enfants. À son quatrième printemps, il est placé  dans une maternelle de la région. À défaut d’argent, il n’y est pas retourné l’année en cours. Sans aucun doute, ses parents attendent qu’il atteigne sa sixième année pour l’inscrire dans une école publique. Entre-temps, il s’intègre avec les enfants de son quartier. De coutume, il sortait de chez lui, comme son aîné de trois ans, pour jouer et bavarder avec les enfants de son âge. Certes, sa mère ne manifestait aucune crainte puisque tous les habitants du quartier se comportaient comme s’ils appartenaient une même famille. Quant à son père, Saleh, il s’absentait souvent de chez lui puisqu’il travaillait parfois hors de Kénitra. Ce lundi 28 janvier, il se trouvait précisément à Casablanca. Le soir , il avait  reçu un appel téléphonique de sa femme. Elle l’a appelé, non pas pour se rassurer de sa santé et de son travail, mais pour lui annoncer une mauvaise nouvelle. Laquelle ? Son fils, Hassan, a disparu. Il était en compagnie de son frère aîné. Tous les deux regardaient une ambulance qui est arrivée au quartier pour l’évacuation d’un malade vers l’hôpital. Tout d’un coup, il a disparu. Son frère aîné a remarqué un jeune homme, demeurant non loin de chez eux, qui l’a tenu par la main. Depuis, Hassan n’a plus donné signe de vie. La mère, son fils aîné et d’autres membres de leur famille se sont lancés à sa recherche. La police du troisième arrondissement a été alertée. Vers 4 h du matin, le mardi 29 janvier, le téléphone de la famille de l’enfant a sonné. Qui était à l’appareil ? La police. Elle vient d’être avisée par les gendarmes de Kénitra qu’un enfant martyrisé, maltraité et violé atrocement, a été découvert à Aïn Ârisse, à trois kilomètres du lieu de l’enlèvement. Et elle voulait se rassurer s’il s’agit bien de l’enfant recherché. Rapidement, la mère a rejoint la police, qui l’a conduite vers l’hôpital Al Idrissi. L’enfant était bel et bien Hassan. Une enquête a été diligentée et l’auteur du crime a été arrêté. Il s’agit d’un jeune homme de trente ans qui venait de se marier. Il s’appelle Hassan, ivrogne et drogué. Quand il a enlevé l’enfant, il l’a conduit à bord de son vélomoteur jusqu’à Aïn Ârisse. Là , il l’a ligoté, l’a violenté et l’a violé sauvagement au point que l’enfant a été subi deux opérations chirurgicales. Soutenu par l’association «Touche pas à mes enfants (Matkich Wladi)», il n’a quitté l’hôpital que le mardi 19 février. Son bourreau comparaîtra, le  mardi 26 février, devant le juge d’instruction près la Cour d’appel de Kénitra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *