Un enfant mineur abuse d’un autre

Younès est né un jour de 1993 dans une famille nécessiteuse de la région d’Agadir. Heureusement, la pauvreté de sa famille n’a pas handicapé son parcours scolaire, puisqu’au début de cette année il poursuivait encore ses études en sixième année de l’enseignement fondamental. Mais, cela l’a rendu très tôt conscient de son devoir de contribuer à subvenir aux besoins familiaux. Alors, pour améliorer l’ordinaire, il s’est lancé dans la vente de cigarettes au détail.
Cela lui procurait l’argent nécessaire pour payer ses fournitures scolaires, ses vêtements et de temps en temps participer aux frais du foyer. Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles d’autant plus que ce petit commerce valait à Younès un surcroît de bénédiction de la part de ses parents, fiers d’avoir un fils aussi responsable et entreprenant.
Le drame qui va se jouer et précipiter Younès en prison s’annonce sous les traits d’un garçon de six ans, appelons-le Amine, qui vit dans le même quartier. Younès connaît bien Amine qu’il a vu grandir et qu’il croise dans les rues lorsque l’enfant joue au ballon avec ses amis de quartier. Amine est un enfant sans histoires. Younès va petit à petit nouer une relation particulière avec Amine, auquel il offre de temps en temps, mais de plus souvent, quelques dirhams pour acheter des bonbons. Sans contrepartie.
Jusqu’à ce jour où le regard de Younès sur Amine a soudain changé.
Amine jouait au ballon avec ses camarades. Younès, qui l’observait, a senti une étincelle de désir embraser son corps et son esprit. Younès est surpris : c’est la première fois qu’il ressent du désir pour un petit garçon. Alors il commence par s’efforcer de résister à la tentation.
Mais l’émotion est trop forte, il est submergé de fantasmes et il finit par craquer.
Younès appelle Amine. Ce dernier interrompt sa partie de ballon et rejoint son aîné avec qui il a plaisir à plaisanter et échanger des histoires drôles. C’est alors que Younès, qui a cessé de résister à sa pulsion homosexuelle, fait une proposition au jeune garçon : «Va chercher ton ballon et suis-moi, nous allons jouer ensemble loin de tes camarades…»
Sans se douter de rien, Amine obéit. Quelques instants plus tard, Younès et Amine se trouvent dans un terrain vague bordé par une maison abandonnée.
Les deux garçons commencent à jouer. Soudain, le ballon tiré par Younès atterrit à l’intérieur de la maison abandonnée. Amine se voit prier d’aller le chercher. Younès suit sa victime à l’intérieur et là…
Younès ordonne à Amine de baisser son pantalon. Amine refuse. Younès le gifle à deux reprises. Amine finit par obtempérer. Younès peut alors abuser du jeune garçon, qui ne manifeste plus aucune réaction, sinon des sanglots de douleur et de honte.
De retour chez lui, Amine commence par taire ce qui lui est arrivé.
Mais ses parents remarquent que leur fils a du mal à s’asseoir convenablement.
Au constat de l’état dans lequel se trouve le garçon, ils le forcent à raconter ce qui lui est arrivé.
Younès a avoué avoir abusé d’Amine en affirmant que c’était la première fois. Soit. Mais la prison est-elle vraiment le meilleur châtiment pour lui ? Il est permis d’en douter…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *