Un escroc predit l’avenir des autres et pas le sien

Un escroc predit l’avenir des autres et pas le sien

Elle vient de sortir de chez elle, à Hay Al Massira, à Casablanca. Elle traîne le pas cet après-midi pour rendre visite à sa sœur qui habite tout près. A mi-chemin, un quadragénaire en djellaba blanche, l’aborde et lui demande une adresse. Quand elle commence à lui indiquer le chemin qu’il doit emprunter, un homme passe rapidement devant eux. Le quadragénaire l’appelle. La femme ouvre grand les yeux et se tait sans bouger. Quand le passant les rejoint, le quadragénaire lui dit : «Ta petite fille est malade. Elle sera en bonne santé d’ici demain. Ne t’inquiète pas». Etonné, le passant lui demande comment il est arrivé à savoir que sa fille était malade. Le quadragénaire lui précise qu’il est aussi au courant que sa femme est enceinte d’un garçon et que son frère est en prison. «Mais tout cela va être réglé Incha Allah par ma baraka», lui assure-t-il devant la femme qui se plante encore à sa place tout en le fixant de regards scrutateurs. Le passant lui baise la main, lui remet un billet de cinquante dirhams. Le quadragénaire ne le met pas en poche. Il lui demande de marcher une centaine de mètres  sans se retourner et revenir vers lui. Quand le passant revient, le quadragénaire lui remet le billet et le sollicite de le garder dans sa poche, jusqu’à demain. Le passant part et le quadragénaire se retourne vers la femme pour lui demander encore une fois le chemin. Mais avant qu’elle ne prononce un mot, il lui révèle qu’elle est mariée à un fonctionnaire, qu’elle est mère de deux enfants et qu’elle vient de prendre sa retraite. Il ajoute que sa mère habite à Berrechid, que sa sœur demeure de l’autre côté du boulevard… Tout cela est vrai. Il lui évoque même que son fils est malade. Elle reste bouche bée. Le quadragénaire lui recommande de ne plus l’amener chez les médecins car il est ensorcelé. Impressionnée, elle commence à croire en ses paroles. L’homme lui affirme qu’une proche, jalouse, lui a ensorcelé ses bijoux. La femme le croit. Et la solution? C’est simple, lui affirme le quadragénaire, il suffit qu’elle lui montre ses bijoux. Rapidement, la femme monte chez elle, prend ses bijoux et les ramène à l’homme. En les mettant entre ses mains, il lui demande de marcher cent pas avant de revenir. Quand elle se retourne, il n’y était plus. L’homme a disparu avec les bijoux d’un montant global de cent mille dirhams. C’est du moins ce que la femme a déclaré devant les enquêteurs quand elle a déposé plainte. Jeudi dernier, l’escroc a été arrêté alors qu’il s’apprêtait à s’offrir une nouvelle victime. Son complice a également été épinglé. C’était l’homme qui est passé quand l’arnaqueur demandait l’adresse à la bonne femme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *