Un gardien de voitures abuse d’une mineure

Nous sommes à la capitale des Gnaoua, Essaouira. Pas loin de Bab Marrakech, Abdellah, père de famille, quadragénaire, assure le gardiennage des voitures. Il y est depuis une dizaine d’années. Jouissant d’une bonne réputation, tout le monde l’apprécie et le respecte surtout qu’il ne rate jamais ses cinq prières. Même les voyous qui ciblent les radiocassettes des voitures le respectent. La preuve ? Aucune des voitures qu’il garde n’a jamais été volée par ces derniers. Il semble qu’ils le laissent tranquille et en paix avec ses clients. En fait, Abdellah n’a jamais eu de problèmes avec la police. Mais qu’est-ce qui lui est arrivé dernièrement pour être arrêté et traduit devant le juge d’instruction près la Cour d’appel de Safi ?
Il est 19 h. Un automobiliste qui s’apprête à monter dans sa voiture le cherche partout pour lui payer les frais de stationnement. Il ne le trouve pas. Où est le gardien ? Il tourne sa tête à gauche et à droite pour le chercher. En vain. Où est-il parti? L’automobiliste qui semble n’avoir pas l’intention de partir sans payer, se lance à sa recherche. Tout d’un coup, il se plante à sa place tout en mettant sa main sur sa bouche. Les yeux hagards, il ne sait  à ce moment ni quoi dire, ni quoi faire. Qu’a-t-il vu ? Abdellah était en train d’abuser d’une petite fille ! L’automobiliste s’est mis à crier. Le gardien a tenté de s’enfuir. Continuant à crier, l’automobiliste s’est avancé vers le gardien pour l’arrêter et demander le soutien des badauds qui vient s’attrouper autour d’eux. Pas moins d’un quart d’heure, les éléments de la police de la ville se sont dépêchés sur les lieux après avoir été alerté. «C’est de son plein gré que je lui fais ça…», balbutie-t-il sans vergogne devant la police.
Au commissariat de police, il a affirmé qu’il était en train de garder les voitures quand la fillette, âgée de treize ans, est venue chez lui. Elle a commencé à rigoler avec lui au point qu’il a commencé à lui demander de lui faire l’amour contre une somme d’argent. Un billet de vingt dirhams, selon lui, était suffisant pour qu’elle lui cède. Au contraire, a raconté la fille aux policiers, elle était en chemin à destination de chez elle quand le gardien de voitures lui a demandé de  venir vers lui. Elle n’a pas refusé. «Je croyais qu’il voulait que je lui fasse une course…», a-t-elle expliqué aux enquêteurs sur un ton innocent. Malheureusement, il l’a saisie par son bras, l’a tirée vers un lieu, loin des regards, l’a obligée à descendre son pantalon et il a commencé à abuser d’elle jusqu’à l’arrivée de l’automobiliste. Le gardien en cause a été traduit, après son interrogatoire, devant le parquet général près la Cour d’appel de Safi qui l’a présenté ensuite devant le juge d’instruction.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *