Un inceste consenti et assumé

Un inceste consenti et assumé

Nous sommes à Al Aroui, dans le Rif, à vingt-deux kilomètres au sud de Nador. Une information faisant état qu’un quadragénaire entretient une relation amoureuse avec sa nièce parvient, ce jour du mois courant, au bureau du chef du service de la police judiciaire de la ville. La provenance de l’information est inconnue. C’est sûrement l’un des voisins qui demeure pas loin du domicile de cet oncle maternel et sa nièce. Mais peu importe la source de l’information pour les limiers de la PJ.

Seul compte si elle est vraie ou fausse. Et sans perdre de temps, ils se mobilisent pour entamer les investigations nécessaires. En effet, les informations recueillies affirment que ce quadragénaire, marié et père de cinq enfants et sa nièce de vingt-cinq ans vivent ensemble sous le même toit comme des époux.

Effectivement, une descente a été effectuée, lundi 16 décembre, au domicile en question. Le père de famille, âgé de quarante-trois ans, et sa nièce ont été arrêtés et conduits vers le commissariat de police. Leurs interrogatoires commencent. Ils ne cherchent aucunement à nier leur relation amoureuse. Le père de famille raconte qu’il est tombé en 2004 amoureux de sa nièce qui était à son seizième printemps.

L’année suivante, alors qu’elle avait 17 ans, elle a commencé à partager avec lui les mêmes sentiments. Ils couchaient ensemble. Au courant de la chose, leur famille intervenait en vain pour qu’ils arrêtent cette relation incestueuse. Mais ils sont allés plus loin quand ils ont décidé de louer un appartement. Et ils ont mis au monde, en 2006, une fillette, qu’ils ont confiée à une famille demeurant à Khouribga. Quant à sa nièce, elle a affirmé qu’elle ne peut aimer que son oncle maternel, qu’elle ne partagera jamais que le lit de son oncle, qu’elle restera avec lui même après avoir purgé leur peine d’emprisonnement.

En effet, chacun d’eux a exprimé son attachement à l’autre. Mercredi 18 décembre, le père de famille et sa nièce ont été traduits devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Nador.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *