Un jeune bourgeois à la tête d une bande de malfaiteurs

Un jeune bourgeois à la tête d une bande de malfaiteurs

Tirée à quatre épingles, elle traînait dans le boulevard d’Anfa à Casablanca. Il ne faisait pas encore nuit, mais c’était le début du soir. Elle avait l’intention de prendre un café avant d’aller faire quelques courses. Malheureusement, elle n’a ni pris son café ni fait ses courses. Ce qui l’en a empêché ne lui est jamais passé par la tête.
Nous sommes le vendredi 19 octobre. Elle empruntait le chemin à destination de son café habituel. Tout d’un coup, deux jeunes hommes lui ont barré le chemin. En apparence, ils n’ont pas l’air de voyous. De plus, ils ne l’ont pas violentée, ni verbalement ni matériellement. Ils lui ont juste proposé de prendre un café en leur compagnie. Poliment, elle a décliné l’invitation. Seulement, ils ont insisté, mais elle a encore refusé. Soudain, ils ont changé de comportement. Ils sont devenus agressifs. Ils l’ont prise par les bras et l’ont poussée violemment. En un clin d’œil, elle s’est retrouvée à bord d’une Mercedes bleue, entourée par cinq jeunes hommes. Ils lui ont mis un bandeau sur les yeux et l’ont empêchée de crier et la voiture a démarré à toute allure. Moins de trois-quarts d’heure plus tard, la voiture s’est arrêtée. La jeune fille a senti qu’elle est dans une pièce mais sans aucune idée sur sa localisation. Un autre membre s’est joint à la bande qui est devenue composée de six éléments. Et la torture a commencé. Sans pitié, elle a été violée à tour de rôle et violentée par les six jeunes qui en même temps se soûlaient et se droguaient.
Au petit matin du samedi 20 octobre, alors que les six jeunes inconscients plongeant dans un profond sommeil, la jeune fille en profitait pour s’enfuir. Une fois dehors, elle découvre qu’elle n’est plus à Casablanca mais séquestrée dans une villa à Benslimane. Elle a tout de suite alerté la police qui est venue arrêter les six jeunes hommes. Il s’est avéré qu’il s’agit d’une bande de malfrats qui a déjà commis deux kidnappings de jeunes filles, leur séquestration et leur viol collectif, ainsi qu’une dizaine d’agressions. L’enquête policière a révélé que le chef de cette bande était un enfant gâté, âgé de vingt-sept ans, issu d’une famille aisée qui dispose d’une station-service, entre autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *