Un jeune homme paye de sa vie son courage

Un jeune homme paye  de sa vie son courage

Nous sommes à Taroudant. La jeune fille sort de chez elle, ce matin du mardi 18 décembre. Il est 6h. De coutume, elle sort quotidiennement à cette heure pour aller à son travail. Personne ne l’a jamais interceptée. C’est pourquoi ni son père ni son frère ne l’ont jamais accompagnée jusqu’à la ferme où elle travaille. Mais, elle n’oubliera jamais ce qui lui est arrivé ce dix-huitième jour du mois courant. Elle emprunte son chemin avec l’intention d’arriver le plus tôt possible à son travail. Tout d’un coup, en arrivant à Bab Zorgane, un jeune homme surgit de nulle part et se plante devant elle. Stupéfaite, elle le fixe sans dire mot. Que veut-il d’elle ? Elle n’en sait rien. Elle essaie d’avancer. Mais, il l’en empêche tout en mettant un couteau au niveau de ses côtes gauches. Il lui demande aussitôt de lui remettre l’argent dont elle dispose en la menaçant de meurtre si elle résistait. Elle le supplie. Mais en vain. En fait, personne ne se rend compte de ce qui lui arrive, ni de ce qu’elle endure à ce moment. Et comme si elle venait de se libérer de la peur, elle lance un cri strident. Et elle demande du secours. Un jeune homme, Saïd, âgé de vingt-sept ans, issu d’Ouled Taïma, prend l’initiative, court vers la jeune fille et son agresseur et intervient. Il pousse violemment l’agresseur et lui donne un coup de poing. La jeune fille qui pousse un «ouf» de soulagement recule. Saïd donne un deuxième coup à l’agresseur qui reste debout avec du sang qui coule de son nez. Son couteau encore à la main, il avance comme un taureau vers Saïd et lui donne un coup de couteau au niveau du cœur. Saïd tombe par terre gisant dans une mare de sang. Et l’agresseur prend la poudre d’escampette. La police a été alertée.
Les limiers de Taroudant ainsi que les éléments de la protection civile arrivent. Mais, c’était trop tard puisque Saïd était passé de vie à trépas. Le fourgon mortuaire évacue le cadavre à la morgue de l’hôpital régional El Mokhtar Soussi. Des investigations policières sont lancées. Une semaine plus tard, lundi 24 décembre, le meurtrier a été arrêté, dans un café situé à Agadir. Il s’agit d’un repris de justice, âgé de vingt-neuf ans, originaire de Taroudant.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *