Un jeune homme tue un homosexuel

Nous sommes le vendredi 14 novembre. L’employé chargé du nettoyage à la résidence Palmier, située à la rue Mohamed Abdou, à Casablanca est rentré dans l’appartement d’un ressortissant français qui vivait seul depuis deux ans. Il s’agit du directeur d’une société de consulting, âgé de 66 ans, qui s’était installé à Casablanca après avoir pris sa retraite des services diplomatiques français au Qatar.  Il était corps sans âme. Perturbé, l’employé du nettoyage a alerté  la PJ de Casablanca. Quelques minutes plus tard, les limiers sont arrivés, sont entrés dans l’appartement et ont entamé le constat d’usage du cadavre et du lieu. Ils ont remarqué que le cadavre était étendu sur le lit, les mains et les pieds ligotés avec une corde et la bouche muselée à l’aide d’un chiffon. Il n’y avait aucune blessure ni trace d’une arme blanche sur le corps. Le médecin-légiste est arrivé sur les lieux pour examiner le corps du défunt. Il a affirmé que le cadavre ne présentait aucune trace de violence et que la mort pourrait être causée par étouffement. Lorsque le cadavre a été évacué vers la morgue, les éléments de la police scientifique ont commencé leur travail en prélevant les empreintes digitales et tous les indices qui peuvent aider l’enquête policière à tirer l’affaire au clair. En même temps, les enquêteurs ont interrogé le concierge, l’employé du nettoyage et d’autres personnes. Leurs témoignages ont permis aux enquêteurs de conclure que le ressortissant français était un homosexuel qui ramenait chez lui de temps en temps un jeune homme. Celui qui l’accompagnait la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 novembre est parti tôt le matin. Qui était-il ? Les enquêteurs ont recouru au téléphone portable de la victime pour déterminer les derniers appels téléphoniques. Avant d’achever cette recherche, les résultats des empreintes digitales étaient déjà sur le bureau du chef de la brigade chargée de l’affaire. Et l’auteur du crime a été identifié. Il s’agit d’un jeune homme, âgé de vingt et un ans, père d’un enfant et sans profession. Arrêté, il a avoué avoir eu une relation homosexuelle avec la victime. La nuit du crime, il était en sa compagnie lorsqu’il l’a ligoté et lui a bâillonné la bouche avant de lui subtiliser sa carte bancaire  et l’a obligé de lui donner le numéro du code. Au guichet bancaire, il n’a pu tirer que 6 000 dirhams. Une somme insuffisante pour lui. C’est la raison pour laquelle il est retourné dans l’appartement du Français  pour l’étrangler avec une ceinture et disparaître dans la nature.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *