Un malentendu cause la mort d’un jeune homme

La relation d’amitié entre Hamid et Abdelfettah, âgés respectivement de vingt-quatre et de vingt-sept ans, n’est pas récente. Elle remonte à leur enfance. Puisqu’ils sont issus du même douar de la région de Had Oulad Fraj, province d’El Jadida. Depuis le mois de mars, ils ont loué une chambre au quartier Sidi Bernoussi, à Casablanca. Tous deux sont des porteurs de légumes au marché de gros. La dernière fois, Hamid a conduit à leur chambre une fille de joie. Elle a partagé avec lui un bon moment dans le même lit. Vers 1 h du matin, Hamid devait aller à son boulot au marché de légumes en gros. À ce moment, Abdelfettah était chez lui à la chambre. C’est la raison pour laquelle il a sollicité son ami, Ahmed, de laisser la fille de joie en sa compagnie.
«Mais attention, j’ai remarqué qu’elle cherche à subtiliser mes objets. Elle m’a raconté avoir mis la main sur les objets de l’un de ses clients», l’a-t-il mis en garde.
Deux heures plus tard, vers 3 h du matin, Abdelfettah a rejoint son ami, Ahmed, au marché de gros.
« J’ai fermé la porte de la chambre à clé et la fille y est toujours», a-t-il rassuré à son ami, Ahmed. Vers 10 h du matin, Abdelfettah est retourné chez lui. Il a permis à la fille de joie de partir. Une heure plus tard, Ahmed l’a rejoint. Quand il a remarqué l’absence de la fille de joie, il a commencé à fouiller ses affaires personnelles. Effectivement, il a remarqué la disparition de son téléphone portable, une bague en argent et une somme de trois cents dirhams. Il a reproché à son ami d’avoir permis à la fille de joie de partir sans la fouiller.  Quelques jours plus tard, Abdelfettah est arrivé chez lui en compagnie de deux filles de joie. Lors de la conversation, Ahmed a appris que l’une des deux filles de joie était l’amie de celle qui a dérobé ses objets. C’était l’occasion pour lui de savoir où elle se trouve ou au moins les lieux qu’elle fréquente. Seulement, Abdelfettah a quitté, quelques minutes plus tard, la chambre en compagnie de cette prostituée. Hors de lui, Ahmed lui a téléphoné. «Cette fille va me conduire chez celle qui m’a volé. Il faut que tu les ramènes maintenant à la chambre», lui a-t-il ordonné.
 Abdelfettah a refusé. Et c’était l’échange d’insultes par téléphone entre les deux amis. Pas moins d’une demi-heure, Abdelfettah est retourné, tout seul, à la chambre, avance vers Ahmed, l’injure, tente de le renverser par terre et lui a donné un coup de poing. Rapidement, Ahmed a mis la main sur un couteau déposé sur la table et lui a asséné un coup mortel au niveau du cœur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *