Un mort pour quelques verres de trop

Un mort pour quelques verres de trop

Nous sommes à Casablanca. Dimanche 29 septembre, vers 2 heures du matin, la sonnerie du téléphone retentit dans la salle de trafic du service de permanence du quartier El Falah, district de police Moulay Rachid. À l’autre bout du fil, une personne affirme qu’un meurtre a été commis au quartier Mabrouka. Quelques minutes plus tard, les limiers de la PJ et de la scène de crime arrivent sur les lieux.

Un homme seul, la soixantaine, présentant une blessure au niveau de la tête,  se tient à côté d’un cadavre gisant dans une mare de sang. Il porte une grave blessure au cou. C’est cet homme qui a alerté la police. Un constat d’usage est effectué, des instructions sont données pour conduire le blessé aux Urgences de l’hôpital Sidi Othmane, et on procède à l’évacuation du cadavre vers la morgue pour qu’il y soit autopsié.

Une enquête est diligentée et commence par l’interrogatoire du sexagénaire, alité à l’hôpital. Ce dernier affirme qu’il était chez un ami en compagnie du défunt et de cinq autres personnes. Tous auraient beaucoup bu au cours de cette soirée. Selon l’homme interrogé par la police, le responsable de ce crime avait un compte à régler avec la victime et il aurait profiter de l’occasion pour provoquer le défunt en l’insultant. Les deux hommes en sont rapidement arrivés aux mains et tout d’un coup, sans que personne puisse intervenir, le mis en cause s’est emparé d’un couteau et en a asséné deux coups au niveau du cou à l’autre personne, qui s’est effondrée, inerte. Après quoi, afin d’empêcher ce témoin de la scène d’intervenir, il lui aurait également asséné un coup à la tête. 

Après avoir raconté toute l’histoire aux policiers, le témoin leur a indiqué  l’adresse du mis en cause principal. Sans perdre de temps, les limiers de la PJ se sont rendus chez l’homme et ont procédé à son arrestation, suite à quoi, celui ci a avoué être le meurtrier. Les cinq autres personnes, ainsi que le témoin, ont également été arrêtés et poursuivis pour non assistance à personne en danger, non dénonciation et ivresse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *