Un pédophile mis en prison à El Jadida

Un pédophile mis en prison à El Jadida

De son douzième anniversaire, Nawal se souvient comme si c’était hier.
A l’arrivée des premiers signes annonciateurs de son entrée en puberté, elle avait commencé à se laisser emporter par des flots amers de susceptibilité, suffoquant de  maladives timidités, avec la perpétuelle envie de mordre ou de pleurer.
Passage de l’enfance à l’âge adulte, l’adolescence a entraîné chez-elle une grande confusion. Entre rébellion et épanouissement, elle balançait pour faire face aux incontournables bouleversements hormonaux, physiques et psychiques de la puberté. Ce fut aussi pour cette native de 1989 la période des premières relations, des premières aventures et des premières amours…
Les sentiments et les réactions que ces relations suscitaient étaient divers, tantôt positifs: sentiment de fierté de voir se développer ses seins, plaisir de se sentir devenir adulte, goût de la comparaison et de la compétition  qui permet la mise en valeur de son corps par la recherche d’un " look " personnel; tantôt négatifs : peur d’être différente des autres, de ne pas avoir de succès, d’être victime de moqueries, etc.
Parfois Nawal regrettait tout simplement de devoir quitter l’enfance… d’où une sensation d’inconfort, d’insécurité et une appréhension de ce qui se passait en elle, même si ses frayeurs  n’étaient pas justifiées par la réalité.
Pour ses parents, ses attitudes étaient souvent difficiles à comprendre, ceci d’autant plus qu’elle manifestait beaucoup de pudeur et une grande incongruité.
L’ignorance leur a coûté cher. Mais, c’est elle qui en a payé  le prix.
Ayant quitté tôt les bancs de l’école, Nawal a pris l’habitude  de sortir souvent de chez elle pour rencontrer ses amies, pour se promener dans sa ville natale : El Jadida ou pour rendre visite à sa famille. Parfois, elle découchait sans que sa mère ne s’en inquiète outre mesure. Elle n’aurait cru que le petit corps de sa fille ait pu aiguiser les appétits d’un quelconque coureur de jupons. Ce fut malheureusement le cas. Un homme de vingt ans, prénommé Ahmed, allait bientôt convoiter les faveurs de Nawal. Est-il pédophile ? Il ne sait pas.
Face aux magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida, il dira simplement : «Je suis tombé amoureux d’elle».
Etait-ce vraiment le cas ? Peu importe. L’essentiel, c’est qu’il a commencé par la suivre et par lui faire une cours soutenue. Au départ, Nawal n’a eu aucune réaction. Elle ne savait que faire en pareilles situations, mais un jour, elle a décidé de répondre à ses avances par un sourire. Ce qui l’a encouragé à lui exprimer sa flemme et à prendre rendez-vous avec elle pour une première rencontre. Elle a ainsi découvert ce qu’est la sexualité. Depuis lors, il ne se passait pas une semaine sans partager son lit. Un an, deux et trois ans sont passés et la relation amoureuse entre Nawal et Ahmed ne faisait que se consolider davantage. Quand elle a soufflé sa quinzième bougie, elle n’a pas hésité à lui offrir sa virginité en contrepartie d’une promesse de mariage qui ne sera jamais tenue. Pourquoi ? Parce qu’Ahmed n’a jamais pensé à en faire sa femme, mais seulement à lui faire l’amour.
Plus, elle insistait, plus il l’emberlificotait et plus elle rentrait tard chez-elle. Ses parents n’ont-il rien remarqué d’anormal dans le comportement de leur fille? Pourquoi ne se sont-ils jamais inquiétés de voir leur fille découcher ou rentrer de plus en plus tard à la maison ? Pourquoi leurs voisins qui étaient au courant de la relation amoureuse entre Nawal et Ahmed ne leur ont-ils rien dit ? Autant de questions qui demeureront sans réponse. Il aura fallu attendre cinq ans pour qu’ils la découvrent. Ils ont dressé un guet-apens pour la prouver. Ils ont attendu que leur fille se rende chez son amant pour intervenir.
Il était 2 h du matin, quand ils sont arrivés chez lui. Au seuil de la maison où il occupe une chambre au premier étage, ils ont commencé à frapper violemment sur la porte et demander à Ahmed de libérer leur fille. Les ayant vu par la fenêtre, celui s’est écrié à l’endroit de Nawal : «Ce sont tes parents qui te cherchent, fuis».
Après qu’elle s’est rhabillée avec célérité, elle est montée sur la terrasse en quête d’une voie de salut. Elle a commencé à escalader le mur pour sauter vers une maison mitoyenne abandonnée. Seulement, ses pieds ont glissé et elle est tombée par terre. La protection civile est intervenue pour l’évacuer vers l’hôpital et la police est arrivée pour diligenter une enquête. Ahmed a été arrêté. Quant à elle, elle s’est réveillée le lendemain avec quelques blessures et de nombreuses ecchymoses. Elle est retournée chez elle pour apprendre, quelques jours plus tard, que son amant a été condamné à deux ans de prison ferme pour attentat à la pudeur d’une mineure ayant entraîné sa défloration.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *