Un policier membre d une bande de trafiquants de psychotropes

Un policier membre d une bande de trafiquants de psychotropes

Un policier faisant partie d’une bande de trafiquants de comprimés psychotropes a été traduit, jeudi dernier, en compagnie d’un autre mis en cause, devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Casablanca, apprend-on d’une source policière.

Mardi dernier, les éléments d’une brigade de la police du district de Ben Msik dans la capitale économique ont remarqué un jeune homme qui roulait à bord de son vélomoteur en sens inverse au quartier El Messaoudi, à Jamila II, a précisé la même source policière. Aussitôt, ils ont sollicité le jeune homme de s’arrêter. Mais en vain. Il a même jeté un sachet en plastique qu’il portait sur lui. Après l’avoir ramassé, les policiers se sont engagés dans une course-poursuite avec le jeune homme. Et ils sont arrivés à l’arrêter.

Il a été conduit au commissariat de police. Devant le chef de la PJ de Ben Msik, Mohamed Mouhib, les limiers ont ouvert le sachet en plastique. Il renfermait 46.800 comprimés psychotropes. Toujours selon la même source policière, le mis en cause s’est avéré être un policier, âgé de 28 ans, célibataire. Toujours selon la même source, il disposait de 7 comptes bancaires.

Il a déposé, en une semaine, dans l’un de ces comptes une somme de 500 mille dirhams et dans un deuxième 400 mille dirhams. Il a révélé aux limiers l’identité d’un complice, repris de justice, chauffeur de petit taxi de son état, âgé de 38 ans et demeurant à Hay Moulay Rachid. Chez lui, les enquêteurs ont saisi une quantité de 700 comprimés psychotropes. Selon M. Mounib ces 47.500 comprimés psychotropes sont la plus importante quantité saisie par la PJ de Ben Msik dans ce quartier.

Selon l’enquête policière, les deux mis en cause arrêtés ont avoué que la bande est gérée par trois personnes dont deux détenus, l’un purgeant une peine de trois ans de prison ferme au  complexe pénitentiaire  d’Oukacha, dans la capitale économique et l’autre une peine de quatre ans de prison ferme à la prison locale d’Oued Zem. La troisième personne, considérée en état de fuite, demeure dans la ville ocre, Marrakech.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *