Un quinquagénaire incestueux devant la justice

Un quinquagénaire incestueux devant la justice

En compagnie de sa mère, cette adolescence est venue rendre visite à sa tante, à Kelaâ de Sraghna. Il ne s’agissait pas de sa première visite, mais elle sera, sans aucun doute, la dernière. Chaleureusement, la tante a accueilli sa sœur et sa nièce, âgée de dix-sept ans.

Elle leur a tout préparé pour qu’elles soient à l’aise. La fille était pleine de joie surtout qu’elle a passé toute la journée en compagnie de sa cousine, encore mineure. Après le dîner et un bon moment devant la télévision, chacun s’est glissé sous sa couverture pour plonger dans un profond sommeil.

Mais l’adolescente va être réveillée en sursaut par une main qui a enlevé le drap et touché son corps. Elle tremblait de peur, mais ne pouvant demander secours, elle s’est blottie dans sur son lit. Elle ne pouvait même pas pousser un soupir parce qu’elle a cru dans un premier temps que c’était un djinn. La même main se glissait sous ses vêtements pour lui toucher ses seins et puis sa partie intime. L’adolescente ne savait pas à quel saint se vouer. Elle se demandait si elle devait garder le silence ou crier. La main l’a tout dénudée… Aussitôt, elle a sauté tout en poussant un cri strident. Sa mère, sa tante et sa cousine se sont réveillées. Elles ont couru vers la chambre de l’adolescente. Elle criait tout en répétant : «Il voulait me violer». Mais qui ? lui demandaient-elles tout en essayant de la calmer. Les larmes aux yeux, elle leur a tout dit. Elle leur a révélé que le mari de sa tante avait l’intention de la violer.

Le quinquagénaire qui avait rapidement retrouvé son lit l’a traitée de menteuse. Mais, la mère de l’adolescente a porté plainte, le lendemain matin. Les éléments de la gendarmerie royale qui se sont chargés de l’affaire ont soumis le quinquagénaire aux interrogatoires. Il a rejeté en bloc les accusations de la fille de sa belle-sœur. Mais, coup de tonnerre, sa fille est intervenue pour le désavouer. Elle a révélé que son père l’a violée elle-même à maintes reprises. Et pourtant, il a continué à se disculper.
Le mis en cause comparaîtra, jeudi 9 juin, devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Marrakech.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *