Un SDF tue un quinquagénaire qui tente d’abuser de lui

Un SDF tue un quinquagénaire qui tente d’abuser de lui

Nous sommes à Taza. Dans un terrain vague, donnant sur boulevard Moulay Youssef, un jeune homme a découvert, ce matin du dimanche 3 mai, le cadavre d’un homme gisant dans une mare de sang coagulé. Passé l’effet de la surprise, le jeune homme a composé depuis son téléphone portable le numéro de la police.

Le policier chargé de la salle de trafic lui répond tout en lui demandant de lui indiquer exactement le lieu et d’attendre la brigade de police qui sera dépêchée sur la scène du crime. Quelques minutes plus tard, les éléments de la brigade criminelle y arrivent. Le constat d’usage commence. Accompagnés par les éléments de la police scientifique, les éléments de la police judiciaire entament leur enquête.

D’abord, ils remarquent que le cadavre présente deux blessures au niveau de la poitrine. L’homme, quinquagénaire, semble être un clochard. Qui est-il ? Et qui l’a tué ? La machine judiciaire commence. Les enquêteurs s’adressent directement aux sans domicile fixe pour avoir plus d’informations.

Plus d’une trentaine de clochards sont interrogés. La victime a finalement été identifiée, il s’agit d’un certain Damâa, âgé de cinquante-trois ans, SDF, qui passait sa journée à mendier, picoler et se droguer. Les informations recueillies révèlent que la victime était, la veille, en compagnie d’un autre SDF en train de s’enivrer. En effet, les enquêteurs arrivent à son compagnon. Il s’agit d’un repris de justice, âgé de quarante-deux ans, qui a déjà purgé des peines d’emprisonnement dépassant grosso modo une dizaine d’années fermes.

Arrêté, ce mis en cause avoue son crime. Il affirme qu’ils étaient ensemble tout l’après-midi. Ils picolaient sans le moindre problème. Mais une fois la nuit tombée et que l’alcool est monté à la tête, précise-t-il, son ami a tenté de lui ôter le pantalon et d’abuser de lui. Aussitôt, le mis en cause a saisi son couteau et donné deux coups mortels à son ami qui a rendu l’âme quelques minutes plus tard.

Lundi 4 mai, le mis en cause a été conduit sur la scène du crime pour reconstitution avant d’être traduit, mercredi 6 mai, devant la justice.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *