Un septuagénaire abuse de sept mineures

Un septuagénaire abuse de sept mineures

Azrou. Elle est à son septième printemps. Peu importe son prénom. Cette mineure ne sortait de chez elle que pour faire des courses ou aller à l’école. Solitaire, elle ne jouait pas avec ses camarades de classe de première année primaire. Elle préférait être seule.
Un jour du mois de mars, elle empruntait le chemin du retour à la maison.
Arrivée à son quartier, à quelques mètres de chez elle, elle a aperçu une pièce de dix dirhams par terre. L’écolière s’est arrêtée devant celle-ci. Sans oser se plier pour la prendre, elle a levé sa tête pour voir qui l’a jetée du haut. C’est «Ba Omar », appelons-le, qui tendait sa grosse tête de chez lui. Ce vieil homme, âgé de soixante-quinze ans, jouissait d’une bonne réputation dans son quartier. Qui ne connaît pas «Ba Omar» ? Tout le monde à Azrou le connaît. Puisqu’il est originaire de cette ville et y a passé toute sa vie, sauf la période au cours de laquelle il a participé à la guerre d’Indochine, qui a duré de 1945 à 1954. Il faisait partie du régiment des tirailleurs marocains, combattant sous le drapeau du colonialisme français. Son corps porte encore quelques «traces» de cette guerre dont il se souvient. Comme tous les habitants de la ville et de son quartier en particulier, l’écolière le connaissait. Il l’embrassait même de temps en temps quand il la croisait à la rue. Elle est à l’âge de la petite de ses petites-filles. Quand elle l’a fixé par ses regards innocents, il lui a demandé de lui ramener la pièce chez lui.
L’écolière lui lance un petit sourire avant de se plier pour ramasser la pièce. « Ba Omar » ressemble à son grand-père. Quand elle est arrivée, chez lui, elle lui a tendu la pièce. Il s’est fléchi pour l’embrasser en la tenant par la main et l’a fait rentrer dans une pièce encore en construction. Il n’y avait personne chez lui. Soudain, il s’est apprêté à lui enlever la jupe. L’écolière était perturbée. Elle ne sait ce que voulait d’elle le vieil homme. Quand elle lui a demandé de la laisser tranquille, il l’a menacée de meurtre. L’écolière qui tremblait a gardé le silence. Elle ne sait à quel saint se vouer. Il l’a ordonnée de se tenir debout sur deux briques de construction. Craignant d’être tuée, la fillette lui a obtempéré. Le septuagénaire lui a ôté la jupe et le maillot. Il a déboutonné son pantalon avant de commencer à abuser d’elle. Elle a fondu en larmes quand il a fini. Il l’a menacée de meurtre si elle révèle le secret à personne. Avant de la laisser partir, il lui a tendu deux dirhams.
Refusant les pièces, elle l’a fixé par ses yeux larmoyants avant de descendre les escaliers.
Arrivée chez elle, elle raconte à son frère tout ce qui s’est passé. Ce dernier porte plainte auprès de la police, ce qui a poussé d’autres langues à se délier. Six autres mineures dont l’âge varie entre six et quinze ans ont affirmé qu’elles ont été abusées par « Ba Omar».
Les certificats médicaux à l’appui, leurs parents sont tous rendus au parquet général près la Cour d’appel de Meknès pour se plaindre. Une enquête a été diligentée par les éléments de la première brigade criminelle près la PJ de la capitale ismaélite, avec le soutien des éléments du commissariat de police de la ville d’Azrou. L’opération a été soldée par l’arrestation de « Ba Omar ». Ce dernier a tenté de nier les accusations, tout en expliquant qu’il s’agit d’un coup monté par les plaignants pour porter atteinte à sa bonne réputation. Toutefois, une cassette audio enregistrée par l’un des parents des victimes prouve sa culpabilité. Dans cette cassette, les membres de la famille du septuagénaire demandent aux parents des victimes de retirer leurs plaintes contre lui.
Les sept victimes, encore mineures, ont été soutenues par l’association « Touche pas à mon enfant », qui s’est constituée partie civile dans ce dossier. L’association s’est engagée à soutenir les fillettes sur le plan moral pour faciliter leur réintégration sociale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *