Un trio viole une fille de joie

Un trio viole une fille de joie

Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Au box des accusés, se tenaient trois jeunes poursuivis pour viol, violence, menace à l’arme blanche et consommation de drogue. Il s’agit d’Abdellah, né en 1988 dans l’ancienne médina, à Casablanca. Issu d’une famille indigente dont seul le père subvient aux besoins de ses quatre enfants, il a été inscrit à l’école Ibn Roumi.
Cependant, six ans après, il a été mis à la porte. Il a été placé chez un garagiste pour s’initier au métier. Après un bout de temps, il quitte son employeur. Redevenu oisif, il passe son temps à rôder dans les rues en inhalant la colle à dissolution et passe ses nuits à la belle étoile. C’est dans ce monde de la rue qu’il a rencontré Hamid.
Ce natif de Médiouna en 1987 a poursuivi ses études jusqu’à la neuvième année de l’enseignement fondamental. À défaut de moyens nécessaires, il a quitté l’école de son propre chef pour commencer à chercher un emploi lui permettant de gagner sa vie. Seulement, il est resté en chômage pendant quelques mois pour tourner définitivement le dos au foyer paternel et rejoindre les délinquants. Pour subvenir à ses besoins, il agressait les gens. Avide d’argent, il est devenu un trafiquant de drogue.
Il a été arrêté et condamné à dix-huit mois de prison ferme. Une fois libéré, il récidive.
Quand il a rencontré Abdellah, ce dernier lui a appris les techniques de vol à l’arraché. Depuis, ce dernier a commencé à accompagner Hamid à bord d’un vélomoteur pour agresser les piétons.
Ils ne passaient à l’acte qu’après avoir avalé quelques comprimés psychotropes. Arrêtés par la police, ils ont été condamnés à un an de prison ferme en première instance. Une condamnation qui a été alourdie en appel pour qu’elle devienne un an et demi de prison ferme. En sortant, ils ne sont pas rentrés chez eux. Ils sont retournés à la rue.
Il semble qu’elle est devenue leur refuge. De fil en aiguille, Khaled les a rejoints. Ce jeune de dix-huit ans était également en taule. Il avait purgé une première peine d’emprisonnement de six mois pour vol simple, puis deux ans pour complicité au vol qualifié.
Après quoi,  il a passé dix-huit mois de prison ferme pour trafic de drogue. Son niveau scolaire ne dépassant pas le primaire, Khaled a tenté d’apprendre le métier de mécanicien. Seulement, après avoir volé une petite somme d’argent à son employeur, ce dernier l’a chassé. 
Tous les trois, Khaled, Abdellah et Hamid ont formé un trio inséparable. Ils se droguaient ensemble, se soûlaient et agressaient les gens.
Le soir du viol, ils marchaient en rigolant. Ils étaient sous l’effet de l’alcool et de la drogue. Un instant plus tard, l’un d’eux a remarqué une jeune fille de joie qui sortait d’un bar au centre-ville.
Hamid s’est approché d’elle et lui a demandé de l’accompagner. Elle l’a poussé. Le videur qui était au seuil du bar a menacé de les maltraiter. Ils ont repris leur chemin en laissant tranquille la fille de joie. Mais, ils ne se sont pas éloignés du lieu.
Ils guettaient la jeune fille. Loin du bar, alors qu’elle s’apprêtait à prendre un taxi, les trois jeunes malfrats l’ont attaquée et l’ont poussée avec violence avec les couteaux à la main pour la violer à tour de rôle après avoir déchiré ses vêtements.
A ce moment, des policiers qui faisaient leur ronde de routine ont remarqué la scène.
En descendant de la voiture, ils se sont adressés à eux pour arrêter Hamid. Quant à Abdellah et Khaled, ils n’ont été arrêtés qu’après une course poursuite.
Devant la Cour, ils ont nié tous les trois les charges retenues contre eux arguant que la fille de joie était en leur compagnie.
Le témoignage du videur était accablant.
La Cour a jugé le trio coupable et les a condamnés à quatre ans de prison ferme chacun.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *