Un verdict clément pour enlèvement, séquestration et viol

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’Appel d’El Jadida. Deux jeunes hommes, la trentaine, se tenaient, le mardi 6 mai,  au box des accusés. Il s’agit de Khaled et Mohamed, tous deux célibataires et sans profession. Tous les deux sont poursuivis, en état d’arrestation, pour kidnapping, séquestration, viol, coups et blessures.
«Non, M. le président, je ne l’ai ni enlevée, ni séquestrée, ni violée…», s’est disculpé Khaled. Nadia a-t-elle monté cette histoire de toutes pièces ? Si oui, pourquoi ?
Vêtue d’une djellaba de couleur orange et voilée d’un foulard blanc, Nadia s’est tenue devant la Cour avec les larmes aux yeux. Elle ne pouvait pas les retenir au point que le président de la Cour l’a priée de quitter, pour quelques minutes, la salle d’audience afin de se calmer. À son dix-huitième printemps, Nadia se débrouillait pour gagner sa vie et subvenir aux besoins de sa famille occupant une chambre à Sidi Bennour, province d’El Jadida. Elle n’a jamais imaginé, selon ses déclarations consignées dans le procès-verbal, être violée atrocement par deux voyous. Sans aucun doute, elle rêvait se marier et avoir un foyer plein d’enfants. Un rêve qui semble être détruit par un comportement irresponsable de deux lascars qui ne cherchaient qu’à assouvir leurs désirs bestiaux.
«C’est une est fille de joie, M. le président…», l’a qualifiée sans  vergogne, Mohamed.
Il a précisé à la Cour qu’il l’a croisée au centre ville de Sidi Bennour et l’a sollicitée de l’accompagner contre une somme de deux cents dirhams. «Elle a accepté de m’accompagner sans être au courant que mon ami, Khaled m’attendait… », a-t-il affirmé sur un ton sérieux.
Etait-il sincère dans ses déclarations devant la Cour ? Nadia a répondu négativement quand elle a été appelée une deuxième fois par la Cour.
«Je venais d’emprunter le chemin vers chez moi quand les deux hommes m’ont croisée et l’un d’eux a déposé un couteau au  niveau de mes côtes…», a-t-elle expliqué à la cour tout en tentant de tenir ses larmes. Et elle a ajouté : «Ils m’ont conduite devant un commerce. Il n’y avait personne. Ils ont ouvert la porte et m’ont jetée à l’intérieur… Khaled m’a donné aussitôt un coup de poing. Je l’ai supplié de me laisser tranquille. Mais il m’a ordonnée d’ôter mes vêtements…J’ai obtempéré… Et ils m’ont violée à tour de rôle… ». Ce témoignage poignant semble avoir influencé l’assistance qui s’est plongée dans un silence des morts afin de l’écouter attentivement. «Je ne me suis jamais prostituée et je ne la serais jamais M. le président… », a-t-elle dit toujours avec les larmes aux yeux.
Lors de sa plaidoirie, l’avocat soutenant les deux mis en cause a tenté de prouver que Nadia avait accompagné de son plein gré l’un des mis en cause et qu’elle était au courant que le second les attendait pour passer ensemble des bons moments. Quant au représentant du ministère public, il  s’est contenté de requérir de les juger coupables. Et le verdict est tombé enfin : deux ans de prison ferme contre chacun des deux mis en cause !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *