Une bande dirigée par une femme arnaquait les MRE

Une bande dirigée par une femme arnaquait les MRE

Nous sommes à la ville de Kénitra, juste à l’entrée d’une agence de change. Un jeune homme, quadragénaire, bien rasé et bien habillé, s’apprêtait à y entrer quand une femme s’est approchée de lui. Elle ne lui a pas adressé la parole puisqu’elle ne le connaissait pas, mais elle lui a lancé un sourire. Le jeune homme s’est arrêté, l’a scrutée et s’est assuré qu’il ne l’a jamais connue. Et pourtant, elle continuait à lui sourire. Pourquoi? En fait, le jeune homme n’avait pas de réponse. Peut-être qu’il s’agit d’une vieille connaissance, qui remonte à la phase de sa scolarité, à son adolescence ou au début de sa jeunesse. Peut-être qu’il s’agit d’une femme qu’il avait rencontrée, par hasard, une seule fois et il ne s’est souvenu plus d’elle. Peut-être qu’il s’agit d’une prostituée qui tentait de l’inciter à la débauche. En tout cas, il lui a souri également tout en rentrant à l’agence. Néanmoins, quand il attendait d’être accueilli par l’employée de l’agence, il a remarqué que la femme qui lui avait souri à l’entrée s’y tenait encore debout tout en le fixant par ses regards luisants. L’attendait-elle ? L’incitait-elle à lui adresser la parole? Quand son tour est arrivé, il a fait sortir une liasse de billets d’euros qu’il avait remis à l’employée. Celle-ci les a changés en dirhams. Quand il mettait ses billets dans ses poches, il a lancé un regard vers l’entrée de l’agence de change. Il n’a pas vu la femme. Est-elle partie ? Où ? Pourquoi lui a-t-elle souri et s’est tenue devant l’agence avant de disparaître ? Il a fini par hausser ses épaules tout en sortant et avançant vers sa voiture garée un peu plus loin. Tout d’un coup, trois ou cinq mètres plus loin de l’agence de change, la charmante femme lui a barré le chemin et lui a expliqué avoir l’intention de changer des billets d’euros en monnaie nationale. L’homme n’a rien compris. En principe, elle devait rentrer à l’agence pour les changer. Pourquoi ne l’avait-elle pas fait ? Il ne lui a pas posé cette question, mais il a pensé pour quelques secondes avant de lui demander la valeur de la somme. Elle lui a affirmé qu’elle disposait, elle et son ami, d’une grande quantité. Des vrais billets d’euros et non des faux. Elle lui a précisé que contre une somme de cinquante mille dirhams, elle lui verserait le double de sa valeur en devises. Sans demander plus d’explications, le quadragénaire qui semble être un Marocain résidant en Suisse a accepté le marché tout en fixant un rendez-vous pour le lendemain dans la région de Dlalha, non loin du centre de Moulay Bousselham. Le lendemain, la femme est arrivée à bord d’une voiture, en compagnie d’un homme. Alors que le ressortissant marocain en Suisse est arrivé seul à bord de sa voiture. Celui-ci les a rejoints dans leur voiture avec la somme de cinquante mille dirhams. Aussitôt, deux autres jeunes hommes les ont rejoints pour lui subtiliser la somme et le maltraiter avant de monter dans la voiture de la femme et son complice. En démarrant, la voiture a disparu avec les quatre escrocs à son bord.
Le MRE s’est dépêché pour déposer plainte auprès de la police de la ville. En coordination avec la gendarmerie de Sidi Yahia El Gharb, la police est arrivée à mettre hors d’état de nuire la femme, Khadija, âgée de quarante-huit ans et de son complice, qui conduisait la voiture, Hamid, âgé de quarante-six ans. Les deux autres membres de la bande demeurent encore en état de fuite. Ils ont avoué avoir commis plusieurs autres crimes similaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *