Une étudiante faussaire épinglée

Une étudiante faussaire épinglée

Tirée à quatre épingles, elle rentre dans cette agence bancaire située à Hay Hassani, à Casablanca. Affichant un large sourire, elle avance vers le bureau d’un employé qui l’accueille chaleureusement.

C’est une nouvelle cliente qui a l’intention d’ouvrir un compte bancaire. Il lui demande sa carte d’identité nationale. Elle la lui remet en gardant le même sourire. Et l’employé commence à pianoter sur le clavier de son ordinateur. Bref, il enregistre toutes les informations nécessaires qui concernent cette nouvelle cliente.

Il est midi de ce mercredi 5 mars. La jeune fille explique à l’employé qu’elle vient de toucher sa part d’héritage qu’elle veut verser dans un compte bancaire. Et elle engage une conversation avec lui, alors qu’il enregistre encore les informations qui la concernent. Puis logiquement il lui demande la somme qui alimentera son nouveau compte bancaire. «Quatre cent mille dirhams», lui répond-elle.

L’employé la fixe des yeux et la sollicite de lui remettre la somme. Elle ouvre un sac et en sort un sachet en plastique qu’elle lui donne. Celui-ci l’ouvre et pose les 400.000 dirhams devant lui. La somme se compose uniquement de billets de 200 dirhams. Dès qu’il touche le premier billet, l’employé la regarde curieusement. Mais, il ne lui demande rien que de s’asseoir sur une chaise et d’attendre qu’il termine. L’employé examine les billets de banque.

Il a des doutes sur l’authenticité des billets. Rapidement, il appelle le chef de l’agence qui confirme qu’ils sont bel et bien faux. La police a été alertée. La jeune fille tente de prendre la fuite. Mais en vain. Les employés l’empêchent de sortir de l’agence. Un peu plus tard, les policiers de la PJ du district Hay Hassani y arrivent et l’arrêtent.

Eux aussi attestent que les billets sont faux et la mise en cause ne peut que l’avouer. Ils remarquent également qu’elle porte une perruque et des lunettes pour dissimuler son signalement. Ils la conduisent au commissariat et la soumettent aux interrogatoires. Cette jeune fille, âgée de 21 ans, étudiante universitaire, confirme avoir falsifié les billets de 200 dirhams par du matériel servant à la contrefaçon de billets.

Elle a même falsifié la carte d’identité nationale biométrique qu’elle avait remise à l’employé de l’agence bancaire. Vendredi dernier, la jeune étudiante a été traduite devant la justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *