Une jeune fille victime d’un viol collectif

Latifa et Brahim berçaient un rêve si simple : vivre sous le même toit. Ils s’aimaient tellement qu’ils se quittaient plus, même ce jour où ils ont été appelés à se présenter au tribunal. Ils étaient assis dans la salle d’audience de la chambre criminelle, premier degré, près la Cour d’appel de Casablanca, quand le juge leur a demandé de sortir, en attendant qu’il interroge les deux mis en cause qui se tiennent au box des accusés. Ils sont sortis la main dans la main. Mais, que leur est-il arrivé ?
Latifa est née en 1978 à Casablanca, et plus précisément à Derb Sultan. Un accident de circulation, qui a handicapé sa mère, a chamboulé sa vie. Aînée de sa famille, Latifa était obligée de rester chez elle pour prendre soin de sa mère, mais aussi de ses frères et sœurs. À son dix-septième printemps, son père est décédé. N’étant que journalier, son père se débrouillait à peine pour gagner sa vie et subvenir aux besoins les plus nécessaires de sa famille. Il n’a donc laissé ni pension, ni le moindre sou. Latifa n’avait plus qu’un seul choix : travailler. Elle a été embauchée dans une usine de confection et a continué à assumer la responsabilité de la mère, du père et de la sœur aînée. Elle ne pensait plus à son apparence et encore moins à son avenir. Elle n’a même pas remarqué Brahim, serveur dans un café, qui suivait ses pas, tous les jours, quand elle passait au boulevard El Fida.
Ce jeune homme, qui a perdu ses parents, en août 1995, dans les inondations d’Ourika, voulait l’épouser. Il ne lui a rien dit, préférant s’adresser directement à sa mère. Sa demande a été acceptée et la date du mariage fixée.
Le premier samedi après leurs fiançailles, le couple s’est rendu à la plage d’Aïn Diab pour passer quelques bons moments. Loin des regards des curieux, Brahim lui a raconté comment elle a attiré son attention, le premier jour, et qu’il était follement amoureux d’elle. Au crépuscule, alors que la journée se terminait dans la romance, ils ont été surpris par trois jeunes armés de couteaux. Sans pitié, ils se sont jetés sur Brahim et lui ont assené cinq coups de couteau. L’homme s’est effondré. Latifa a perdu connaissance et le trio en a profité pour la violer.
Le couple a été découvert dans un état lamentable par quelques jeunes qui faisaient du jogging. Alertés, les agents de police se sont rendus sur les lieux pour enquêter. Les deux victimes ont été évacuées à l’hôpital. Brahim a passé plusieurs jours au service réanimation avant de reprendre conscience.
Les enquêteurs ne sont arrivés à arrêter que deux des trois malfrats. Poursuivis pour tentative d’homicide et viol collectif, ils ont nié les accusations en bloc. Les victimes, elles, n’avaient pas de doute. La Cour a reconnu les accusés coupables et les a condamnés à 15 ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *