Une mère victime d un «pourvoyeur» de jobs

Une mère victime d un «pourvoyeur» de jobs

Cette femme est mère de deux jeunes gens qui ont tous deux réalisé de brillantes études. Mais s’il y a bien une chose qu’elle n’arrive pas à concevoir, c’est que ses enfants soient au chômage. Ils ont pourtant passé plusieurs concours, multiplié les entretiens d’embauche… Mais en vain. Décidée à les aider, elle se met en quête d’une personne qui pourra leur donner un coup de pouce en leur trouvant un emploi. Une occasion en or pour les escrocs…

Nous sommes à Mohammedia, la cité des fleurs, où demeure cette mère de famille. Par le biais d’une amie, elle y rencontre un jeune homme qui lui propose ses services. Il va aider ses enfants à être recrutés par une société de transport aérien à Casablanca. Mais rien n’est gratuit.

Ne pensant qu’à l’avenir de ses deux enfants, elle effectue plusieurs versements à celui qu’elle considère comme un sauveur et en arrive ainsi à la somme globale de 120.000 DH. Mais le temps passe et le rêve de voir un jour ses enfants  embauchés par ladite société ne s’est toujours pas réalisé. La femme finit par comprendre que le jeune homme n’est qu’un escroc qui profite du malheur des gens. Le mercredi 2 octobre, elle dépose une plainte auprès de la PJ du District de la sûreté de Mohammedia. Mardi 22 octobre, les policiers de la brigade des stups de la ville rose parviennent à épingler un trafiquant de drogue recherché depuis quelques mois.

Mais au vu de la double fracture qu’il a subie au niveau du pied,  il ne peut plus s’adonner au trafic de drogue, affirme ce dernier aux limiers. L’homme passe aux aveux et avoue qu’il a soudoyé un policier afin que celui-ci mette fin à la note de recherche lancée contre lui. Il lui aurait remis la somme de 5.200 dirhams et précise que ce policier était en compagnie d’un autre jeune homme, dont le signalement correspond à celui de l’escroc qui a filouté la mère des deux enfants.

Les policiers utilisent alors la ruse pour mettre la main sur l’homme en question et lui tendent un piège. La mère du trafiquant de drogue téléphone à l’escroc pour lui demander de l’aide. Elle lui propose la somme de 10.000 dirhams pour qu’il obtienne la libération de son fils qui vient d’être arrêté. L’escroc et le faux policiers arrivent au lieu dit du rendez-vous à bord d’une voiture de marque Hyundai, mais c’est à bord d’un fourgon de police que tous deux repartent, cette fois-ci, en direction du  commissariat de Mohammedia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *