Une moquerie coûte la vie à un jeune homme

Nous sommes dans un terrain de football situé au quartier Sidi Abdelkrim à Settat. Abderrahim, un jeune étudiant en menuiserie au Centre de formation professionnelle (CFP) s’est habitué à se rendre au terrain pour jouer des matches de football avec ses amis et voisins du quartier. Mais, il n’a jamais imaginé que ces matches allaient le jeter dans le gouffre d’un crime de sang. En fait, Abderrahim rêvait d’être un menuisier professionnel disposant de sa propre menuiserie. Qu’est-ce qui le prouve? Quand il a quitté l’école à la 9ème année d’enseignement fondamental, Abderrahim a rejoint une société de menuiserie. Au fil du temps, il a pensé se spécialiser dans ce métier afin d’obtenir un diplôme. Après avoir passé le concours d’accès aux centres de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail, il a réussi à s’inscrire et à poursuivre ses études en menuiserie. Mais pourquoi a-t-il mouillé ses mains du sang de Mohamed?
Quand il avait terminé ses cours, vers 11 h 30, il a quitté le CFP. Il était encore tôt pour le déjeuner. A ce moment, il a pensé aller au terrain pour suivre un match. En y arrivant, ses amis qui s’apprêtaient à jouer lui ont demandé de mettre un tenue de sport et entrer au terrain pour jouer. Abderrahim n’a pas refusé. Le match a commencé. D’un coup de ballon à un autre, la tension des joueurs monte d’un cran. Tout à coup, un ballon lancé par l’un des joueurs a touché le visage d’Abderrahim. Celui-ci s’est arrêté. Un joueur adverse, Mohamed, élève, s’est moqué de lui en lui chuchotant : «Il a bien fait. Le médecin t’attend à l’hôpital Hassan II». Hors de lui, Abderrahim l’a insulté. Aussitôt, les insultes ont cédé la place aux mains. Les autres joueurs sont intervenus pour les séparer. Le match a pris fin. Mais, Abderrahim n’a pas pu oublier les deux phrases que lui avait dites Mohamed. Et il est parti chez lui et a saisi un couteau avant de retourner au terrain. Mohamed, qui y était encore en compagnie de ses amis, n’a pas hésité d’insulter Abderrahim et de le menacer : «Je vais abuser de toi si tu recommences à m’insulter». Une expression qui a provoqué Abderrahim au point qu’il a brandi le couteau qu’il dissimulait sous ses vêtements. Et il lui a asséné deux coups au niveau de la partie gauche de sa poitrine. Mohamed qui a lancé un cri strident a fini par s’effondrer. Alors que Mohamed a pris la fuite à Casablanca, chez son oncle. C’est là où il a été arrêté. Il a été traduit devant la justice qui l’a condamné à dix ans de réclusion criminelle, assortie de dommages et intérêts de 20 mille dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *