Une prostituée morte dans des circonstances mystérieuses

Une prostituée morte dans des circonstances mystérieuses

K. B. est originaire de la commune rurale Timoulilt, Caïdat d’Afourar, dans la région d’Azilal. Pour gagner leur vie, la majorité des jeunes de son douar ont regagné Casablanca, Rabat, El Jadida et autres villes. Mais lui, il n’a jamais pensé à s’éloigner de chez lui. Il pensait toujours rester près de ses parents, très vieux, qui ont besoin de lui. Chose qui ne l’encourageait pas à se marier même s’il en était à son trente-septième printemps. Cependant, puisqu’il ne pouvait pas gagner sa vie dans son douar, il était obligé d’aller au centre d’Afourar qui ne s’éloigne que de quelques kilomètres de chez ses parents où il se procurait de l’argent pour lui et ses parents. Il a même loué une petite maison au quartier El Jadid où il passait ses nuits après une journée de corvée. De temps en temps il y passait des moments avec des filles de joie.
Seulement, cette nuit du jeudi 11 avril, ce n’est pas lui qui y a passé la nuit en compagnie d’une prostituée, mais son ami, H. H., âgé de vingt-trois ans, originaire d’Aït Âttab, relevant du cercle de Bzou, province d’Azilal et qui demeure à Fkih Bensalah. Vers 17 h, K. B. a fait les adieux à son ami H. H. et à la fille de joie qui l’accompagnait pour aller passer la nuit chez ses parents.
Le lendemain, vendredi 12 avril, vers midi, K. B. est retourné chez lui. Il a frappé à la porte, mais personne ne lui a ouvert. Pourquoi ? Son ami et sa copine sont-ils partis ?
Sûrement que non. Il a sorti le double de la clé, et ouvre la porte. Tout doucement, il y est entré. Et c’était la mauvaise surprise. La fille de joie a déjà perdu connaissance et son ami était encore sous l’effet de l’alcool. K. B. a appelé les éléments de la protection civile. En arrivant, ils ont remarqué qu’elle était déjà passée de vie à trépas. Les éléments de la gendarmerie royale ont été alertés. Que s’est-il passé au juste pour que cette fille de joie, âgée de trente-deux ans, originaire de Khouribga, rende l’âme. H. H., l’ami de K. B., ne s’est souvenu de rien.
 L’enquête est toujours en cours pour déterminer les causes de la mort de la fille de joie. En attendant, K. B. s’est retrouvé derrière les barreaux, en compagnie de son ami, H. H.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *