Une relation homosexuelle qui vire au drame

Une relation homosexuelle qui vire au drame

Nous sommes à la commune des Oudayas, sur la route liant la ville ocre, Marrakech, à la région de Chichaoua. Sous les herbes, non loin de la route principale, un passager a découvert le cadavre d’un homme. Il alerte rapidement les limiers de la gendarmerie royale qui se dépêchent sur les lieux en compagnie des éléments de l’identité judiciaire. Le cadavre semble celui d’un quadragénaire et qui a été tué par un objet tranchant.

Qui peut-il être ? Qui l’a tué et pourquoi ? Autant de questions qui se posent d’elles-mêmes mais auxquelles il est difficile de répondre, du moins immédiatement, car l’auteur du crime n’a laissé aucun indice permettant aux limiers d’élucider cette affaire. La tâche s’avère d’autant plus compliquée que les poches de la victime semblent être vides, ne contenant qu’un petit agenda où des numéros de téléphone étaient consignés.

Faute de mieux, les éléments de la gendarmerie royale ont décidé de creuser cette piste. Aussitôt, ils ont commencé à appeler toutes les personnes dont les numéros de téléphone sont inscrits sur l’agenda. Ils détaillaient les signalements de la victime à chaque interlocuteur. Mais, un seul est arrivé à l’identifier et les informer qu’il est issu de la région d’Essaouira.

Il leur a même dévoilé le numéro de son téléphone portable. Recourant aux services de l’un des opérateurs téléphoniques dont la victime était un client, les limiers sont arrivés à avoir le numéro d’un appel émis par le téléphone du défunt. Identifiant le propriétaire du téléphone portable qui a reçu l’appel, les limiers l’ont épinglé et soumis aux interrogatoires. Il a affirmé que les appels avaient été reçus de sa nièce qui demeure à Chichaoua. Se dépêchant sur les lieux, la nièce a affirmé que le téléphone était un cadeau qu’elle avait reçu de son frère. Arrêté, ce dernier a craché le morceau.

Il a avoué qu’il entretenait une relation d’homosexualité avec la victime. Ils vivaient sous le même toit à Essaouira. Seulement, ils ont décidé dernièrement d’aller à Marrakech. Descendant de l’autocar, ils ont emprunté à pied le chemin vers la commune des Oudayas. A mi-chemin, un malentendu a éclaté entre les deux qui s’est soldé par un coup de couteau au cœur de la victime.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *