Une soirée arrosée finit dans le sang

Une soirée arrosée finit dans le sang

Chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida. À la barre, se tiennent deux jeunes hommes et deux jeunes filles : Larbi, Mohamed, Rajae et Soumaya. Le premier a le plus de risque d’écoper d’une lourde peine. Car, il est accusé de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Alors que les trois autres suspects ne sont accusés que, dans un état de liberté provisoire, de débauche et ivresse. Dans quelles circonstances sont-ils arrivés à se trouver dans une situation pareille?
Mohamed avait un frère, Saïd. Tous les deux se rencontraient tant pour le bien que pour le mal. Ils ne se séparaient jamais, comme deux doigts d’une même main. Le premier est âgé de vingt-huit ans et le second est son aîné de trois ans. Tous les deux n’ont pas pu aller au-delà du primaire. Leurs parents pauvres ne pouvaient ni les inscrire dans une école privée, ni les conduire à l’un des instituts de formation professionnelle. Ils ont tenté de les confier à des artisans pour qu’ils apprennent un métier. Mais en vain. En fait, ils ont très vite découvert le monde de la rue. Ils ont alors appris tous les maux de la société et la délinquance : vagabondage, inhalation de la colle à dissolution, ivresse, consommation de comprimés psychotropes… Ils se débrouillaient à chaque fois pour gagner de l’argent. Rajae et Soumaya sont deux amies depuis peu de temps. La première est âgée vingt ans et la seconde en a vingt-trois. Par hasard, les deux amies ont été croisées par les deux frères, Mohamed et Saïd. Dans un café, ils ont fixé un autre rendez-vous, mais pour passer la nuit ensemble.
Le jour «J». Les deux frères se sont approvisionnés en boissons alcoolisées et ont conduit les deux filles vers un terrain vague. Tous  les quatre ont commencé à s’enivrer et à fumer des joints. Quelques instants plus tard, un jeune homme a arrêté son vélomoteur près deux. Il s’appelle Larbi. Ils ne le connaissaient pas. Mais, ils l’ont  invité à boire. Au fil des verres, Larbi a désiré l’une des deux filles. Il a commencé à lui faire des avances. Les deux frères, trop énervés, l’ont insulté et lui ont demandé de partir. Larbi est monté sur son vélomoteur et est parti. Seulement, un quart d’heure plus tard, il est revenu. Une fois qu’il est descendu de son vélomoteur, Larbi a commencé à les insulter tout en brandissant un couteau. Saïd a brandi également son couteau. Les deux filles tremblaient et tentaient de partir. Mais Mohamed les a empêchées. Face-à-face, Larbi et Saïd échangeaient les injures. Peu de temps après, ils ont cédé la place aux couteaux. Sans savoir comment, Saïd s’est effondré par terre, le sang coulait de son corps. Larbi s’est enfui à bord de son vélomoteur. La police a été alertée. L’ambulance est arrivée pour évacuer la victime vers l’hôpital. Malheureusement, il est mort avant d’y arriver. Une enquête policière a été diligentée.
Le lendemain, Larbi s’est rendu au commissariat de police pour déposer une plainte contre Saïd. C’est là qu’il a été arrêté et traduit, en état d’arrestation, devant la justice.
Devant la Cour, Larbi a nié avoir eu l’intention de tuer Saïd et qu’il avait été provoqué par ce dernier et son frère. Après délibérations, la Cour a condamné Larbi à douze ans de réclusion criminelle. Quant au frère de Saïd et les deux jeunes filles, ils ont été condamnés à une peine de trois mois de prison avec sursis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *