Une soirée trop arrosée qui se termine tragiquement

Une soirée trop arrosée qui  se termine tragiquement

Il rentre tôt au service de la permanence de la police à Casa-Anfa. Il est 8 h du matin de ce dimanche 12 janvier. Ce jeune homme se plante devant le chef qui le dévisage par ses regards curieux. Que veut-il à cette heure-ci ? Il semble qu’il ait passé la veille à picoler.

L’odeur du vin provenant de sa bouche pique le nez du chef de l’arrondissement chargé de la permanence. «Il a rendu l’âme», lâche-t-il sans plus d’explication. Le limier lui demande de qui il parle. Le jeune homme garde le silence.

Le chef le sollicite de dire tout. Notre jeune homme s’assoit sur la chaise tout en se mettant en face du policier qui se tient calmement derrière son bureau.

Le jeune homme répète enfin la même phrase: «Il a rendu l’âme». En une seconde, d’autres policiers le rejoignent pour qu’ils accompagnent, tous, le jeune homme.

A bord du fourgon, il les conduit vers la rue Nationale, située derrière la rue Prince Moulay Abdellah, au centre de la capitale économique. Les policiers descendent du fourgon pour rentrer à l’immeuble situé au n°51 et monter au 3ème étage. Ils accèdent à l’appartement. Dans une chambre, ils remarquent le cadavre d’un quadragénaire gisant dans une mare de sang. Il s’agit bel et bien d’un crime. Le chef de l’arrondissement chargé du service de la permanence téléphone aux limiers de la police judiciaire et de la police scientifique qui doivent se charger de l’enquête. Ils les rejoignent aussitôt. L’enquête commence. Que s’est-il passé ?

Ils étaient quatre jeunes hommes dont la victime qui picolaient dans cet appartement. Au fil des verres de vin rouge, ils ont décidé de jouer à un jeu de cartes de hasard. Tout d’un coup, un malentendu a éclaté entre deux jeunes parmi les quatre amis. Cela a commencé par des injures qui ont vite cédé la place aux coups.

Les deux autres amis sont intervenus pour les calmer. Mais l’un des deux protagonistes semble avoir perdu tout contrôle de ses nerfs. Il rentre à la cuisine, s’arme d’un couteau et retourne vers le salon de l’appartement pour surprendre la victime d’un coup de couteau au niveau du cœur. Tout de suite, il est passé de vie à trépas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *