1.753 ménages ont bénéficié du Fogarim à fin février 2010

L’année 2010 s’annonce de bonne augure. L’amélioration du contexte international constatée à partir du 2ème semestre de 2009 a nettement contribué à l’atténuation des répercussions négatives de la crise sur certains secteurs d’activités nationaux. Selon un rapport du ministère des Finances, les recettes voyages et les transferts des MRE ont affiché, durant les deux premiers mois de 2010, des progressions de 10,5 et 7,4% respectivement au lieu des baisses de 24,5 et 14,6% durant la même période de l’année écoulée. Au total, ces deux postes ont pu générer 14,1 milliards de dirhams, couvrant ainsi près de 64% du déficit commercial contre à peine 54% il y a un an. Par ailleurs, l’encours des crédits immobiliers a enregistré au cours des deux premiers mois de l’année 2010 un additionnel de 2,8 milliards de dirhams à hauteur de 1,6%, soit 2,3 milliards de dirhams à 2,1% de plus au titre des crédits habitat et 463 millions de dirhams à 0,7% de plus pour la promotion immobilière. Par ailleurs, dans le cadre du Fogarim, 1.753 ménages ont bénéficié durant les deux premiers mois de 2010 de la garantie du fonds, pour un montant de 253 millions de dirhams, portant ainsi le nombre des bénéficiaires depuis la création du fonds à 55.855 pour une production cumulée des prêts de l’ordre de 8,1 milliards de dirhams. Au niveau du secteur du Bâtiment et Travaux Publics, l’activité a pâti des précipitations abondantes qui ont marqué ce début d’année. En effet, les ventes de ciment ont baissé de 8,6% en février ramenant la baisse constatée depuis le début de l’année à 5,9% par rapport aux deux premiers mois de l’année 2009. Aussi, pour l’année 2010, l’économie nationale devrait bénéficier de la bonne orientation de la demande intérieure et de la persistance du redressement de l’activité mondiale. En effet, plusieurs facteurs sont à l’origine de la progression de la consommation, dont principalement l’amélioration du pouvoir d’achat consécutive à la baisse du barème de l’Impôt sur le revenu. De même, le dynamisme des crédits à la consommation qui a atteint 17% en glissement annuel à fin février, le comportement positif des transferts des MRE et des recettes voyages devraient contribuer favorablement à la dynamique de la consommation privée. En outre, l’investissement se comporte bien comme en atteste l’accélération des dépenses d’investissement de l’Etat de plus de 9 milliards de dirhams durant les deux premiers mois de l’année en cours. Du côté de la demande étrangère, les améliorations constatées durant les derniers mois de l’année 2009 se confirment puisque, globalement, l’ensemble des secteurs tournés vers l’extérieur affiche des évolutions positives. C’est ainsi que les exportations hors OCP progressent de 2,5% au terme des deux premiers mois de l’année 2010 et ce, après la baisse de 10,7% à fin 2009. Concernant l’évolution des prix, le taux d’inflation a poursuivi sa décélération pour ressortir à 0,3% au cours des deux premiers mois de 2010 au lieu de 3,4% un an auparavant. Cette sensible décélération des prix reflète celle des prix des produits alimentaires dont le rythme de progression est passé de 6,1 à 1,8%, d’une année à l’autre, au moment où la hausse de ceux des autres produits est passée de 1,3 à 0,9%.

Bon démarrage de la campagne agricole 
Après une année agricole record, la campagne actuelle s’annonce satisfaisante grâce aux précipitations qui ont concerné l’ensemble des régions du Royaume et qui rendent à portée de main l’objectif fixé par la loi de Finances 2010. Par ailleurs, le retard des précipitations qui a caractérisé cette campagne a eu pour conséquence, d’une part, la réduction de la superficie totale semée en céréale d’automne de 7,8% par rapport à la campagne précédente (chiffre arrêté au 15 mars), et d’autre part, un décalage de l’ordre d’un mois du démarrage de la croissance du couvert végétal sur la plupart des régions. L’abondance des pluies de cette année, et malgré leur retard, a permis de renforcer les réserves hydriques dans les différents barrages du Royaume, dont certains affichent un taux de remplissage de 100%. Ainsi, selon l’estimation du secrétariat d’Etat chargé de l’Eau arrêtée au 6 avril 2010, le stock en eau a dépassé 14,6 milliards de m3 contre 13,2 milliards de m3 une année auparavant. Compte tenu de cette évolution, le taux de remplissage des barrages s’est élevé à 92,4% contre 83,9% il y a un an.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *