11 septembre : le Marocain Motassadeq condamné pour « complicité de meurtre »

Le Marocain âgé de 32 ans devra à nouveau comparaître devant la Cour d’appel de Hambourg (nord) qui aura pour seule tâche de "prononcer une sanction appropriée" au crime de complicité de meurtre, a déclaré le président de la chambre pénale de la Cour fédérale, Klaus Tolksdorf (BIEN Tolksdorf).

En août 2005, la Cour d’appel de Hambourg avait infligé à Motassadeq sept ans de prison pour appartenance à la cellule du réseau terroriste Al-Qaïda à Hambourg, mais écarté l’accusation de "complicité de meurtre" réclamée par le Parquet en vue d’une sanction plus lourde.

La Cour fédérale basée à Karlsruhe (sud-ouest) a ainsi donné gain de cause au ministère public, qui avait alors requis 15 ans de réclusion criminelle contre Motassadeq, actuellement libre après avoir passé environ deux ans et dix mois derrière les barreaux en Allemagne.

Le Marocain vit depuis plusieurs années à Hambourg, où habitaient une partie des kamikazés du 11 septembre, parmi lesquels l’Egyptien Mohammed Atta qu’il a fréquenté, selon l’accusation.

Le premier procès, ouvert en octobre 2002 pour "complicité de meurtre", avait abouti en févier 2003 à la condamnation de Motassadeq à 15 ans de réclusion criminelle. Il fut alors le premier condamné au monde pour les attentats du 11 septembre, qui ont fait plus de 3.000 morts.
Mais, en mars 2004, la Cour fédérale avait cassé le verdict et ordonné un nouveau procès, estimant que les droits de la défense n’avaient pas été pleinement respectés. Le mois suivant, dans l’attente du deuxième procès, Motassadeq avait été remis en liberté.
Au moins deux autres personnes ont été condamnées pour leur collaboration avec les auteurs des attentats du 11 septembre.

Le Français Zacarias Moussaoui a été condamné le 4 mai dernier à Alexandria (Virginie, est des Etats-Unis) à la réclusion criminelle à perpétuité.
Il avait plaidé coupable de complicité le 22 avril 2005.

Le Syrien Imad Eddin Barakat Yarkas, alias "Abou Dahdah", ex-chef d’une cellule d’Al-Qaïda en Espagne, purge quant à lui depuis septembre 2005 une peine de 12 ans de prison.
Quant au Marocain Abdelghani Mzoudi, également membre présumé de la "cellule de Hambourg", où il fut jugé en 2003 et 2004 pour "complicité de meurtre dans 3.066 cas" et "soutien à une organisation terroriste", il a été acquitté faute de preuves. Une décision confirmée en juin 2005 par la Cour fédérale de justice allemande.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *