17 milliards DH pour le développement humain : L’INDH passe à la vitesse supérieure

17 milliards DH pour le développement humain : L’INDH passe à la vitesse supérieure

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) entre dans sa deuxième phase (2011 – 2015). La mise en œuvre de cette dernière mobilisera une enveloppe budgétaire de 17 milliards de dirhams au lieu de 10 milliards de dirhams pour la période 2006-2010. Les grandes lignes de cette deuxième phase ont été présentées, samedi 4 juin, à Jerada devant SM le Roi Mohammed VI par le ministre de l’Intérieur, Taib Cherkaoui. La deuxième phase de l’INDH s’articule autour de trois principes fondamentaux. Il s’agit du renforcement de l’ancrage de la philosophie de l’Initiative, le maintien des quatre programmes de la phase 2006-2010, l’adoption d’un ambitieux programme dédié à la mise à niveau territoriale au profit des populations des zones enclavées. Ainsi, l’élargissement du champ d’action de l’Initiative à 701 communes rurales, l’extension du ciblage à 530 quartiers urbains défavorisés relevant des villes et centres urbains dont la population dépasse 20.000 habitants et le lancement d’un programme de mise à niveau territoriale au profit de 22 provinces enclavées, constituent les principales ambitions de cette deuxième phase de l’INDH prévoyant cinq programmes.
Une enveloppe budgétaire de 3,1 MMDH sera allouée au programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural. Ce programme, dont profiteront 701 communes rurales, a pour objectif le maintien de la dynamique INDH, l’amélioration de la qualité de vie des populations rurales et le renforcement de l’accès aux infrastructures et services sociaux de base. Mobilisant un investissement de 3,4 MMDH, le programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain bénéficiera à 530 quartiers urbains.
Il vise une capitalisation des acquis, une amélioration de l’accès aux équipements urbains de base et un renforcement de l’accès aux services publics de proximité. Le troisième programme porte sur la lutte contre la précarité. Doté de 1,4 milliard de dirhams, il ambitionne l’élargissement, au cours de la période 2011-2015, du ciblage aux malades sidatiques et aux toxicomanes sans ressources, ainsi que le soutien au fonctionnement des centres déjà réalisés. Nécessitant un investissement de 2,8 MMDH, le programme transversal prévoit le renforcement des capacités du tissu associatif et l’accompagnement des acteurs en charge du développement humain par le soutien des actions de formation, de renforcement de capacités et de communication. Dédié à la mise à niveau territoriale, le cinquième programme est doté d’une enveloppe budgétaire globale de 5 MMDH et devra profiter directement à 1 million de bénéficiaires habitant 3.300 douars relevant de 22 provinces. Par ailleurs, les différents projets prévus par ce nouveau programme seront financés dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’Intérieur (2.664 millions DH), le ministère de l’Equipement et du Transport (600 millions DH), le ministère de la Santé (65 millions DH), le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime (200 millions DH), le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la Recherche scientifique (250 millions DH), l’Office national de l’électricité (770 millions DH) et l’Office national de l’eau potable (273 millions DH).
Le programme de «mise à niveau territoriale» vise l’amélioration des conditions de vie des populations de certaines zones montagneuses ou enclavées, la réduction des disparités en matière d’accès aux infrastructures de base, d’équipements et de services de proximité (pistes rurales, santé, éducation, électrification, eau potable), l’inclusion des populations de ces zones dans la dynamique enclenchée par l’INDH. Pour la concrétisation des cinq programmes de cette deuxième phase, 9,4 milliards DH seront financés par le budget général de l’Etat, 5,6 milliards DH seront pris en charge par les collectivités locales, 1 milliard DH comme contribution des départements ministériels et établissements publics partenaires, et 1 milliard DH financé dans le cadre de la coopération internationale. Concernant les mécanismes de la gouvernance, la deuxième phase de l’INDH sera marquée par le maintien des organes de gouvernance de la phase 2006-2010, la création de Coordinations régionales de développement humain et de l’action sociale pour assurer une meilleure synergie et un suivi de proximité des projets à fin de garantir leur pérennité, le renforcement des capacités du tissu associatif ainsi que des mécanismes de contrôle et d’évaluation des projets.


 Nadia Bezad : «C’est une bonne nouvelle pour les sidatiques»
«C’est une bonne nouvelle pour les sidatiques. Cette enveloppe budgétaire permettra d’assurer des soins de qualité pour les personnes atteintes par le VIH et qui n’ont pas les moyens. Le gouvernement a honoré ses engagements dans la lutte contre le sida. Il faut à présent doubler les efforts en amont. La prévention doit être renforcée afin d’empêcher de nouvelles infections chaque année ,ce qui permettra de faire des économies d’argent. Des actions doivent être menées en matière de sensibilisation en se focalisant sur l’éducation sexuelle qui constitue un axe majeur dans la lutte contre le sida. Le malade a besoin d’une prise en charge globale qui englobe l’accès au traitement ainsi que le suivi psychologique», a déclaré Nadia Bezad, présidente de l’Organisation panafricaine de lutte contre le sida.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *