55% du budget consacrés aux secteurs sociaux

En 2009, les secteurs sociaux s’accapareront de plus de la moitié du budget de l’Etat. Le projet de loi de finances pour l’exercice prochain consacre en fait 55% du budget aux secteurs sociaux. Ce projet de loi a été adopté lors d’un Conseil des ministres tenu, lundi 20 octobre, au Palais Royal de Casablanca, sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Présentant les grandes lignes du projet de loi de finances, Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, a souligné que les orientations du budget 2009 visent à renforcer la résilience de l’économie nationale. Et ce, en consolidant les efforts de solidarité à travers la maîtrise du déficit et des besoins de financement de la trésorerie et la préservation des équilibres macroéconomiques. «En dépit des contraintes inhérentes à la conjoncture économique sans précédent qui sévissent à l’échelle internationale, les principales orientations et dispositions de ce projet visent à garantir – grâce au renforcement de la part de l’investissement portée à 35% en 2009, et à une augmentation de 25% de l’investissement public- une croissance économique forte et ascendante, dont le taux devrait passer de 5,8 % en 2009 à 6,6% en 2012», selon le ministre de l’Economie et des Finances, dans une information relayée par l’agence de presse MAP.
En effet, les prévisions pour l’année 2009 veulent tenir compte des contraintes de l’environnement économique international. Ainsi, le gouvernement Abbas El Fassi prévoit un taux de croissance de 5,8% en raison notamment du renforcement de la demande intérieure et de l’amélioration de l’investissement étranger. En agriculture, le régime d’exonération fiscale sera prolongé jusqu’à fin 2013. «Ce projet de loi porte également un grand intérêt à l’incitation de l’épargne et de l’investissement, à travers notamment la poursuite de la politique des allègements fiscaux, notamment de l’impôt sur le revenu, outre la concrétisation des engagements pris par le gouvernement dans le cadre du dialogue social», selon la même source. «Afin de compléter l’éventail des outils de soutien social, Nous exhortons le gouvernement à mettre en œuvre les mécanismes législatifs et institutionnels nécessaires pour renforcer le pouvoir d’achat des citoyens, contrôler les prix et combattre la corruption», avait annoncé SM le Roi Mohammed VI, dans un discours royal prononcé à l’occasion du 55ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.
Une baisse de l’Impôt sur le revenu (IR) est donc programmée dans le budget de l’Etat (Voir ALM N°1774). Au menu de ce projet de loi, il y a une augmentation des salaires, l’octroi d’un soutien direct aux catégories défavorisées pour leur permettre d’accéder aux services de base, notamment l’enseignement et la santé dans le monde rural. Ainsi, les secteurs de l’enseignement et de la santé vont bénéficier d’une augmentation globale de 10,2 milliards de dirhams au titre du budget 2009. «Les principales dispositions du projet visent aussi à consolider la discipline budgétaire et financière, par la maîtrise des dépenses et l’optimisation des recettes, en vue d’assurer l’amélioration des conditions que requiert l’équilibre budgétaire et de poursuivre la gestion efficiente de la dette extérieure», ajoute-t-on. Dans ce sens, le gouvernement  prévoit des taux d’inflation et de déficit budgétaire de 2,9% sur la base d’un prix du baril de pétrole estimé à 100 dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *