57 pays d’Europe et d’Afrique à Rabat pour une conférence sur la migration

Cette conférence doit adopter un plan d’action contre l’immigration clandestine, mêlant des mesures sécuritaires et la mise en oeuvre de projets de développement dans les pays émetteurs et ceux de transit, a indiqué une source officielle marocaine.

Trente pays européens et 27 pays africains, principalement de l’ouest du continent, participent à la réunion de Rabat. Il s’agit de pays émetteurs, de transit ou récepteurs des flux migratoires. L’Union européenne prendra également part à la conférence.

La conférence sera coprésidée par les chefs de la diplomatie du Maroc, de l’Espagne, du Sénégal, de la France et de la Finlande, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne.

Des organisations régionales comme l’Union africaine (UA) et des institutions internationales comme le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) seront présentes à la Conférence en tant qu’observateurs.
"La conférence de Rabat est une première du genre par la nature des acteurs qu’elle réunit", a déclaré à l’AFP le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri.

Le Maroc et l’Espagne avaient lancé avec le soutien de la France l’idée de cette réunion en octobre, après une série d’incidents tragiques autour des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, dans le nord du Maroc.

Plusieurs vagues massives de centaines de migrants avaient tenté de pénétrer dans ces enclaves entre août et octobre. Quatorze d’entre eux avaient été tués

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *