5ème FIFM : la satisfaction comme maître mot

Amina Rachid : actrice : «Nous avons fait confiance au Jury»
Je suis contente de participer à cette édition. Une édition pétillante où les rencontres furent au rendez-vous. Pour ce qui est du palmarès, nous avons fait confiance au président du Jury et à ses membre. Ce jugement a été équitables. Les candidats méritaient tous leurs prix. Nous espérons que ce festival puisse continuer sur cette même lancée et s’embellir encore plus.

Bourlem Guerdjou : réalisateur : «C’était émouvant»
Lorsque notre film Zaïna, cavalière de l’atlas, projeté hors compétition, a été ovationné pendant près de 20 minutes par le public, c’était un moment plein d’émotions. Lors des deux projections celle du palais des congrès et de Jamaa El Fna, ce film a été bien accueilli. Nous sommes contents de participer à ce festival. Nous pensons que le FIFM n’a rien à se reprocher aux autres festivals internationaux. Au niveau de l’organisation également nous pensons qu’il y a eu très peu de failles. On encourage la pérennité de cet événement cinématographique.


Kim Jee-Woon’s : réalisateur : «La sélection a été  judicieuse»

Je suis très content d’avoir été nommé pour être membre de ce jury. Les moments les plus forts de ce festival c’est lorsque nous avons aperçu que nous avions affaire à certains films inconnus d’acteurs inconnus. Ce festival nous a permis de découvrir un autre cinéma et j’en étais ravis. La sélection des films a été judicieuse. Tous les films qui ont été projetés en compétition officielle sont d’une excellente qualité. Auparavant, je ne connaissais pas le festival de Marrakech, j’ai été agréablement surpris que cet événement est à la hauteur des autres festivals internationaux à grande renommée. Les discussions et les rencontres avec les autres membres du jury se sont passées dans une ambiance bon enfant. Le climat était très amical.

Stefania Rocca : membre du Jury : «L’émotion était au rendez-vous»
Je suis très heureuse d’avoir participé à cette cinquième édition du festival international du film de Marrakech. Tout au long des projections, l’émotion était au rendez-vous. La sélection des films était de haut niveau. Nous avons eu l’honneur de voir que de très beaux films. Aussi, nous avons été bien accueilli, nous avons vécu cette semaine des moments forts, dans une ambiance chaleureuse. Je suis également contente de savoir que les organisateurs souhaitent créer prochainement une école de cinéma à Marrakech. Je pense que ce désir est judicieux, vu que le volet de la formation est très important Entre nous, membres du Jury, il n’y a pas eu de disputes. Nous avons été dirigés par un président du jury très démocrate, ce qui a contribué davantage.

Mohamed Malas : réalisateur syrien : «Une belle organisation»
Je suis très heureux d’avoir été primé pour ce film qui revient sur les contrastes de la société syrienne. Je suis reconnaissant à ce festival de m’avoir donné l’occasion de rencontrer une palette d’artistes internationaux que j’admire et que je respecte. Je parle ici des illustres noms comme celui de Martin Scorsese et Abbas Kiarostami. Avant de venir au Maroc, je ne connaissais ce festival qu’à travers des articles de presse. Maintenant que j’ai été invité à cette édition et que j’ai vu les projections, le niveau de l’organisation, je sors avec un constat très positif.
Par expérience je peux affirmer aujourd’hui, que ce festival est l’un des plus importants du monde arabe. J’ai eu l’occasion de visiter d’autres festivals et je peux affirmer que l’organisation était toujours défaillante. Celle du festival de Marrakech est irréprochable. La sélection des films projetés en compétition était également d’une excellente qualité. En plus de cela les horaires des projections étaient respectées avec précision et je pense que cela est un élèment très important pour la réussite d’un festival.

Hassan Skalli : acteur : «Ce festival possède sa personnalité propre»
Le festival international du film de Marrakech possède une personnalité qui s’affirme de plus en plus. Au fil des éditions ce festival grandit, il devient de plus en plus lumineux. Il s’améliore. Je pense qu’aujourd’hui, ce festival est déjà reconnu comme étant un événement universel. Le palmarès de cette édition a été également l’un des moments forts de ce cinquième festival.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *