600 millions de dirhams pour moderniser l’état civil

600 millions de dirhams pour moderniser l’état civil

Le projet de modernisation de l’état civil s’élèvera à 600 millions  de dirhams. C’est ce qui a été annoncé lors d’une réunion d’information tenue le jeudi 19 juin au ministère de l’Intérieur à Rabat.
Le projet en question repose sur la constitution de bases de données électroniques locales fiables, la professionnalisation de la gestion du Bureau de l’état civil ( BEC) et l’interconnexion des BEC et la capitalisation sur toutes les expériences locales. Cette rencontre a été organisée, en présence des représentants d’entreprises du secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC), des opérateurs télécoms et de représentants d’administrations publiques partenaires.
Le projet élaboré  par le ministère vise à informatiser et mettre en réseau plus de 2100 bureaux d’état civil. «Ce projet – modèle entre dans le cadre d’une action globale de recours aux Technologies de l’information et de la communication (TIC), par les collectivités locales qui sont des entités territoriales dotées de l’autonomie financière et administrative, chargés des services de proximité au citoyen», a déclaré Noureddine Boutayeb, wali directeur général des collectivités locales avant d’ajouter que «Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’effort de décentralisation qui est un choix en nette amélioration depuis 30 ans et censé se confirmer». A cette occasion, le ministère de l’Intérieur a mis l’accent sur le plan d’action stratégique intitulé CAP 2009. Les axes stratégiques d’intervention reposent quant à eux sur quatre composants essentiels à savoir un élu stratège, une administration  locale performante, un Etat accompagnateur et un environnement juridique favorable. Pour sa part, Younes Sekkouri, chargé de mission auprès du wali directeur général des collectivités locales et directeur du projet de modernisation a annoncé la création prochaine d’un centre national de labellisation qui sera un guichet unique visant à faciliter et assister le secteur privé et améliorer la spécialisation dans le domaine de la modernisation des collectivités locales.
Cette offre de service , au niveau de l’implémentation des solutions , de l’assistance technique à besoin de proximité, d’un circuit de distribution pour atteindre la cible, a précisé M.Boutayeb relevant l’important rôle du secteur privé en tant qu’acteur de proximité et la nécessité d’anticiper en terme d’information , mais également de labellisation progressive des prestataires de services. S’agissant des communes qui constituent le niveau institutionnel de proximité, M. Boutayeb a rappelé que celles-ci sont au nombre de 1500, avec un budget supérieur à 20 milliards de dirhams et un investissement allant de 5 à 6 milliards de dirhams, réparties sur l’ensemble du Royaume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *