«À côté de Tindouf, l’enfer n’est rien»

ALM: Où se trouve actuellement Abdellah Lamani?
Mohamed Ziane : Il se trouve toujours dans les camps de concentration de Tindouf. Il endure, avec des centaines d’autres Marocains, les pires tortures orchestrées par l’armée algérienne.

Mais comment a-t-il pu vous transmettre ses mémoires?
Je ne peux pas répondre à cette question car cela pourrait porter préjudice à certaines personnes. Tout ce que je peux vous dire, c’est que grâce à des amis, Abdellah Lamani a réussi à nous envoyer, dans un premier temps, une lettre destinée au Comité International de la Croix-Rouge (CICR). Par la suite, ces mêmes amis nous ont remis ses mémoires dans lesquels il raconte l’atrocité des conditions de détention dans les camps de concentration de Tindouf.

Commençons d’abord par la lettre destinée au CICR. Que contenait-elle?
Cette lettre était d’une importance capitale. Adbellah Lamani y affirmait que les différentes délégations du CICR qui se rendaient dans les camps de Tindouf n’avaient pas rencontré tous les prisonniers marocains. Certains civils marocains n’avaient jamais vu les membres du CICR. En d’autres termes, le recensement établi par la CICR, sur le nombre des détenus marocains, est erroné.

Qu’en est-il des mémoires écrits par Abdellah Lamani?
Ces mémoires ont été imprimés dans un livre qui sera mis en vente, lundi prochain. Les révélations qui s’y trouvent sont scandaleuses. A travers son témoignage, Abdellah Lamani nous décrit les conditions de détention au sein des camps de Tindouf. Les officiers de l’armée algérienne sont coupables de véritables crimes contre l’humanité. Ils se chargent de traquer les prisonniers qui fuient. Ils ont même exécuté onze civils marocains. Ce sont des gangsters qui n’ont aucun scrupule. A côté de Tindouf, Tazmamart n’est rien.

Vous parlez de l’armée algérienne, et que fait le Polisario dans tout ça?
Justement, c’est une des révélations du libre d’Abdellah Lamani. L’armée algérienne est celle qui gère effectivement les camps de Tindouf où sont emprisonnés 1336 marocains, civils et militaires. L’armée algérienne a mobilisé pour cette entreprise macabre, du matériel militaire colossal ainsi que plusieurs officiers. Les séparatistes ne sont pas même des mercenaires, mais plutôt des terroristes et des voyous armés par l’Algérie. Le Polisario est devenu une véritable structure de contrebande et de trafics de tout genre. Ils écoulent l’aide humanitaire dans des circuits parallèles en Afrique.

Comment êtes-vous tombé sur cette affaire Lamani?
L’intérêt que je porte aux prisonniers marocains à Lahmada et à Tindouf date du temps où j’occupais le poste de ministre des Droits de l’Homme. J’avais entamé, en collaboration avec le comité de regroupement des familles sahraouies (Corefasa) une vaste campagne de sensibilisation à l’échelle internationale. Nous avons pu obtenir la libération de Mohamed Ahmed Bahi qui a été le premier à sortir vivant du camp "El menfi", le plus atroce de tous. A ce titre, je tiens à rappeler que Bahi n’est pas venu me voir après sa libération et a préféré se rendre chez le super ministre de l’Intérieur de l’époque, Driss Basri, alors que ce dernier n’a absolument pas participé à sa libération.

En quelle langue a-t-il écrit son manuscrit?
En Français! Il a traduit ses pensées en de l’arabe vers le français. Toutes les expressions qu’il a utilisées et qui sont écrites en mauvais français ont été laissées telles quelles. C’est toute la beauté de ce livre. C’est aussi révélateur car la cible de Lamani, c’est avant tout les étrangers, ceux qui aident financièrement le Polisario. C’est-à-dire le Parlement européen et les ONG occidentales. Abdellah Lamani donne des informations précises. En Suède, par exemple, il y a le plus grand nombre d’associations qui envoient des vivres vers Tindouf, et qui sont détournés par la suite. D’où l’idée du titre du livre: "l’horreur, l’aide humanitaire internationale au service de la terreur".

Quel risque encourt Abdellah Lamani maintenant?
Il ne se fait pas d’illusion. Il dit lui-même que les jeux sont faits et qu’il sera certainement exécuté par les Algériens une fois que son manuscrit sera publié. Il a été sauvagement torturé. Son unique objectif est de trouver le moyen de ne pas mourir inutilement. Faire éclater la vérité est une sorte de vengeance pour lui. A nous d’être à la hauteur de ce sacrifice. J’ai toujours été un homme de paix, mais aujourd’hui, j’appelle à la guerre contre l’Algérie. Je l’ai écrit dans la préface du livre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *